La Police nationale lutte contre la discrimination

22 octobre 2019

La discrimination, tout le monde en parle ! Mais au fait, qu’est ce que c’est ?


Définition (Larousse)

Discrimination : fait de distinguer et de traiter différemment (le plus souvent plus mal) quelqu’un ou un groupe par rapport au reste de la collectivité ou par rapport à une autre personne.

 Les critères de discriminations ( art 225-1 du code pénal )

Âge Sexe Patronyme État de santé
Activités syndicales Identité de genre Origines Orientation sexuelle
Apparence physique Mœurs Grossesse Situation économique
Caractéristiques génétiques Handicap Opinion politique Situation de famille
Appartenance réelle ou supposée à une ethnie, une nation, une prétendue race Lieu de résidence ou de domiciliation bancaire Capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français Avoir subi ou refusé de subir des faits de harcèlement ou de bizutage
Perte d’autonomie Harcèlement Appartenance réelle ou supposée à une religion déterminée Vulnérabilité en raison de la situation économique

Face à ce constat, le ministère de l’Intérieur s’engage activement dans la lutte contre les inégalités.

Le combat contre les discriminations et la promotion de l’égalité sont des sujets structurants pour le ministère, garant des valeurs républicaines et particulièrement attaché à représenter la diversité de la population en son sein.

Ces dispositions s’appliquent à tous les agents du ministère de l’Intérieur, y compris les personnels de la Police nationale et les militaires de la Gendarmerie nationale.

Des moyens mis en place sur le terrain : un policier chargé du recrutement nous explique…

Jean-Philippe est chef de l’unité de promotion et de recrutement pour l’égalité des chances de la zone est. Sa mission principale est d’informer les jeunes sur les concours, sélections et les métiers de la Police nationale. « Recruter sans discriminer », telle est la base du recrutement et de la promotion des métiers au sein de la Police nationale ! En plus de son rôle d’UPREC, il est référent zonal du label diversité/égalité. À ce titre, il a participé à une journée de formation afin d’appréhender au mieux le thème de la discrimination. En effet, grâce au « serious game » et aux illustrations, il a pu apprendre qu’il existait deux sortes de discriminations :

  • directe (intentionnelle et explicite) ;
  • indirecte (disposition ou pratique en apparence neutre, mais susceptible d’entraîner un désavantage particulier pour des personnes par rapport à d’autres).

Son rôle, en tant que référent, est de mener des actions de sensibilisation contre les discriminations, auprès des référents locaux et des agents.

En toute simplicité, il nous livre son regard de recruteur sur l’égalité et la diversité au sein de la police.

Le code de déontologie de la Police nationale

« Créé en 1986, le code de déontologie définit les devoirs et les obligations des policiers et des gendarmes.

L’impartialité est une de leurs obligations : « les policiers et gendarmes imposent la même attention et le même respect à toute personne et n’établissent aucune distinction dans leurs actes et leurs propos de nature à constituer l’une des discriminations énoncées à l'article 225-1 du code pénal ».

* Code de déontologie de la Police nationale et de la la Gendarmerie nationale (137Ko)

L’égalité de traitement au sein de la Police nationale

« Pour tous les concours de l’administration, y compris ceux de la Police nationale, on distingue deux éléments fondamentaux : la concurrence et l’égalité des chances.

L’article 6 de la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 stipule que « tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. »

Les conditions d’accès à nos recrutements sont les mêmes pour tous. Tout est mis en œuvre pour lutter contre la discrimination. Seules les compétences des candidats sont prises en compte. Dans la fonction publique, les femmes et les hommes perçoivent une rémunération égale à hauteur de leur grade et sans aucune autre distinction.

Par ailleurs, pour les concours et sélections, les membres du jury suivent une formation sur les discriminations. Ils ont ainsi une feuille de route qui leur permet d’avoir la bonne attitude.

À noter : la Police nationale atteint aujourd’hui l’objectif de 40 % de femmes minimum dans les jurys et comités de sélection.

Les dispositifs égalité des chances dans la Police nationale

« La Police nationale a mis en place des dispositifs pour l’égalité des chances pour permettre à tous l’accès à ses métiers :

  • cadet de la République : sans condition de diplôme, ce dispositif permet une remise à niveau pour affronter efficacement le concours de gardien de la paix ;
  • les classes préparatoires intégrées (CPI) officiers et commissaires : sous certaines conditions, ce dispositif est destiné à apporter un soutien matériel et pédagogique à des candidats dans le cadre de leur préparation à différents concours externes de la fonction publique. »

Mot de la fin de Jean-Philippe : « La richesse de la Police nationale est sans aucun doute d’améliorer la performance d’un service grâce à des univers et des cursus différents. C’est pour nous bénéfique et positif de recevoir des jeunes de tous horizons. N’oublions pas que la police est à l’image de sa population. »

La Police nationale s’engage pour l’égalité et la diversité

Le label égalité/diversité est le témoignage de l’engagement du ministère de l’Intérieur en matière de prévention des discriminations, d’égalité des chances et de promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines. Cet engagement trouve aujourd’hui sa concrétisation dans la candidature du ministère à l’obtention des labels « diversité » et « égalité professionnelle » délivrés par l'AFNOR.

Pour en savoir plus :

article 225-1 du code pénal

 

logo-egalite-diversite_medium

Label Diversité