Un métier, une carrière, un avenir

20 ans de P.J

16 septembre 2014
7 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


dcpj

Je suis rentré dans la police pour être au centre des choses, là où elles se passent.

J’ai toujours été spécialisé dans le domaine de la lutte contre le grand banditisme : Vols à main armée, stupéfiants, extorsion de fonds, règlements de compte, affecté successivement en région parisienne, en direction centrale, puis en province. Pur produit de la police judiciaire que j’ai intégré dés ma sortie de l’école de police, désormais commandant de police, chef de groupe depuis 10 ans, je me souviens : j’avais 23 ans et j’étais fou de joie d’intégrer l’école de police après la réussite au concours. C’était enfin l’aboutissement de mes études et surtout de mes choix de vie. C’était aussi le début d’une belle aventure.

La Police Judiciaire ? Plus qu’un choix de poste en fin de scolarité à l’école de police, c’était aussi et surtout une vraie vocation.
J’ai connu des moments difficiles, compliqués, du désappointement parfois, voire même de l’incompréhension. Mais j’ai vécu pleinement ces 20 années, en savourant l’intensité de chaque instant. Excitation de la quête, sentiment d’œuvrer pour la vérité et les victimes, travail d’équipe et finesse de perception, adrénaline aussi, la P.J., c’est avant tout un sport collectif : un groupe qui, sans s’économiser, met en commun ses efforts pour la résolution d’une affaire. Par-delà les actes de procédure, parfois arides pour le néophyte, c’est avant tout chaque fois, à la base, l’histoire d’une victime, pour laquelle nous nous devons d’apporter tous nos efforts et notre technicité d’enquêteur, au sens noble du terme, pour que justice lui soit finalement rendue. C’est notre travail, c’est notre raison d’être. Nous travaillons pour les victimes. Il nous faut d’ailleurs constamment garder ce principe en tête. Tout part de là… C’est notre légitimité, notre raison d’être.

Au travers de ce blog, par ces quelques billets, je vais essayer de vous expliquer ce fameux   « esprit P.J. », socle commun aux personnels qui travaillent dans cette direction, et véritable moteur qui nous permet à tous d’avancer, supportant les heures d’attente, l’incertitude ou la difficulté d’un métier pourtant plein de courage et de noblesse.

Et qui sait ? Si je vous donne l’envie, à vous aussi, d’intégrer un jour un service de police judiciaire, mon objectif sera atteint.


7 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 7 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

Aurelie a dit :

dimanche 18 janvier 2015 18:13:43

officier de police judiciaire: groupe criminel

Bonjour,
Je suis actuellement en Terminal S et j'aimerais devenir officier de police judiciaire dans l'office central de répression des violences aux personnes. Je vous contact car j'aimerai savoir comment faire pour accéder à ce métier.
L'année prochaine je compte intégrer une fac de droit ou de psychologie, je ne sais pas quel secteur serait le mieux pour réussir le concours d'officier. Par contre après mes études je ne sais pas quoi faire, faut-il entrer dans l'école de police ou rentrer directement en police en tant que gardien de la paix ? Comment accéder au judiciaire ? Comment se spécialisé dans le groupe voulu une fois dans la police judiciaire ?
J'ai cherché, en vain, le mail d'un officier de police judiciaire dans le groupe criminel pour lui poser mes questions, avez vous des contacts à me partager ou cela est-il privé ?

Je vous remercie d'avoir prit le temps de lire ce message et si vous avez la possibilité de répondre.
Bonne journée.

Louis-André a dit :

vendredi 23 janvier 2015 12:18:59

@ Aurélie :
Les études de droit semblent peut être plus ciblées pour les professions judiciaires en général, et policières notament. Ne serait ce que pour les épreuves des divers concours d'entrées. Par ailleurs, de nombreuses facs de droit complètent leurs cursus en proposant des D.U. de Sciences Criminelles. Des cours de psychologie sont ainsi au programme et peuvent constituer un vrai Plus.
Par la suite, quelque soit le concours que vous réussirez, accéder sur des postes ciblés Judiciaire se fait sans problème, pour peu que vous en ayez vraiment l'envie. La Police offre de nombreuses orientations professionnelles et tout le monde y trouve; selon moi, son bonheur.

chloé a dit :

samedi 18 octobre 2014 01:01:03

OCBC

Bonjour,
Je suis actuellement étudiante en Master 2 sauvegarde et valorisation du patrimoine et souhaiterai un jour peut-être travailler à l'OCBC.
Depuis plusieurs années je glane par si par là des informations sur cette section de la DCPJ sans jamais vraiment trouver comment on avait la chance d'y entrer!
Il m'a semblé comprendre qu'il y avait 10 policiers puis 10 gendarmes?
Depuis la 2nde je rêve d'y travailler, et pour faire plaisir à mes parents j'ai suivi une filière plus traditionnelle, mais bientôt diplômée d'un Bac+5 j'aimerai concrètement réaliser mon rêve et me lancer dans l'aventure. Peut-on en passant le concours de gardien de la paíx travailler à l'OCBC, directement de en sortie d'école ?
Sinon comment y parvenir?

En vous remerciant de toutes les informations que vous nous fournissez chaque jours.

Louis-André a dit :

jeudi 23 octobre 2014 21:32:13

@ Chloé
Les profils particuliers peuvent être détectés en cours de formation initiale en école de police : langues rares, cursus universitaires particuliers, etc... peuvent amener à un recrutement ciblé par les directions d'emploi. Mais c'est assez rare, et sans certitude.

Si vos études universitaires peuvent effectivement correspondre parfaitement à l'OCBC, ne perdez pas de vue qu'une expérience généraliste d'enquêteur, acquise au fil de vos premières affectations, est réellement formateur.Attention à ne pas se spécialiser trop tôt. Une carrières est longue... .

N’hésitez pas à prendre contact avec cet Office central pendant votre école de police ou après. Ce sera très bien perçu et souvent une première base pour un recrutement.

Bon courage à vous. Et foncez dans votre future carrière.

E. a dit :

mercredi 15 octobre 2014 16:45:07

Bonjour,

Éleve en terminale littéraire, je voudrais après l'obtention du bac participer au concours de gardien de la paix, j'ai toujours été attiré par les métiers de la sécurité, l'urgence et après quelques réflexions j'en suis venu à me dire que le métier de policier est ce qui me correspondrait le plus. J'ai fais quelque recherches, je me suis informé du mieux que j'ai pu, jusqu'à connaitre la police judiciaire. N'ayant pas d'idée claire de ce qu'est La P.J j'ai visité diverses sites reportages etc, dans certains reportages que j'ai pu voir il m'a semblé que les affaires de meurtres et de viol prenait une part importante de vos enquêtes donc je voulais savoir si la P.J c'est vraiment que cela où au contraire les cas y sont très variés .
Je n'ai pas non plus saisi ce qu'était les groupes au sein de la P.J comment cela était organisé etc..
Voilà j'aimerais être plus éclairé à ce sujet. Merci d'avance happy

Cordialement

E.

Louis-André a dit :

dimanche 19 octobre 2014 17:54:50

@ E.
Le principe de la Police Judiciaire, c'est celui de la spécialisation et du critère de compétence d'attribution.
Plus simplement, ça veut dire qu'à chaque groupe correspond une thématique :

- Au sein de la Direction Centrale, tu trouveras par exemple l'Office des Stups, l'Office central de lutte contre le crime organisé (BRI Nationale, Répression du Banditisme, Recherche des fugitifs, etc...) L'office central de répression des violences aux personnes (assassinats, violences sexuelles, etc...), ainsi que tout ce qui est Délinquance Financière, Traite des êtres humains (proxénétisme), les Biens culturels (vols d’œuvres d'art), la fausse monnaie, etc...

- Dans les services territoriaux (DIPJ, DRPJ), tu trouves généralement une division opérationnelle qui regroupe la Brigade Criminelle, les Stups, la Répression du banditisme, la Financière.

Quant tu es affecté dans un groupe, tu travailles la plupart du temps dans la thématique de ce même groupe. Tu aides néanmoins ponctuellement les autres groupes dans le cadre des astreintes ou des renforts dans le cadre d'opérations d'ampleur.



Tu trouveras aisément des organigrammes ou explications complémentaires via Google ou Wikipédia.

E. a dit :

dimanche 02 novembre 2014 15:26:08

Très bien, merci

Julien a dit :

vendredi 10 octobre 2014 18:02:37

Bonjour Commandant,

Je termine actuellement mon stage d'alternance en commissariat, et je vois donc bientôt la fin de ma scolarité de Gardien de la Paix et le début de ma nouvelle vie au sein de cette belle institution.

Ce stage à confirmé mon goût très prononcé pour l'investigation, la recherche de la vérité et la procédure minutieuse, grâce notamment à un long séjour dans les couloirs de la BSU locale. Ce n'est pas la Police Judiciaire, mais c'est ce qui s'en rapproche le plus à mon petit niveau d'élève...
Je tenais à vous remercier pour votre billet, car j'ai passé le concours avec une profonde motivation pour intégrer un jour les rangs de la Police Judiciaire, mais j'avais encore des points d'incertitude. Notamment et surtout, sur la place des Gardiens de la Paix OPJ au sein de ces groupes.

Je n'étais pas certain de pouvoir un jour intégrer un groupe de la PJ en n'étant "que" GPX, et pas Officier. Non pas que les fonctions d'Officier ne m'intéressent pas, au contraire, mais je n'ai pas les connaissances de Droit Pénal, ni l'expérience (que je pense utile) pour m'attaquer au concours à ce jour.
J'ai donc pour objectif de rentrer en investigation le plus tôt possible, en BSU ou en SD à Paris (mon classement en sortie d'école devrait me permettre de choisir l'arrondissement...), puis de passer rapidement le bloc OPJ, dans l'espoir d'intégrer un groupe de PJ.
Vos explications détaillées me confirment que ce rêve est accessible, et pour cela je vous suis extrêmement reconnaissant. J'ai hâte de vivre cette expérience du Groupe comme vous le décrivez, cette fièvre...

Merci encore, et au plaisir de vous lire à nouveau prochainement.

Cordialement

Louis-André a dit :

lundi 13 octobre 2014 21:33:37

L'Investigation est un vrai choix de carrière. Il y a de belles opportunités qui s'offrent. Si votre classement le permet, essayez d'avoir un poste dans Paris intra muros : les choix de mobilité fonctionnelle y sont plus importants. Quant à l'OPJ, vous en avez perçu l'importance avec justesse.
Bon courage à vous.

Rod-R a dit :

dimanche 28 septembre 2014 00:21:06

Bonjour Louis-André, c'était un plaisir de lire ce post de votre part écrit avec force de conviction et de caractère.

1) Quelles est le cursus secondaire que vous aviez entrepris pour que cela vous amène à devenir officier de police nationale ?

2) Quelle est la mission d'un gardien de la paix en unité de Police Judiciaire ?

3) Serait-il préférable que je m'oriente vers une licence de droit pénal après obtention de mon baccalauréat plutôt que je passe le concours GPX ?
Même si je suis plus doué en langues, le concours me sera-t-il un frein si je m'oriente vers une licence en langues pour le concours OPN ?

4) Quelles sont les qualités requises pour intégrer une PJ ?

Louis-André a dit :

lundi 29 septembre 2014 22:11:52

@ Rod-R :


J'ai fait un peu de Droit après mon Bac et j'ai passé les concours de la Police Nationale l'année de ma Licence. J'avais en tête de rentrer dans la Police dès ma terminale, et le Droit me paraissait alors un point de passage sinon obligé, du moins recommandé.

Même si les choses ont évolué aujourd'hui, je pense que le passage par des études juridiques est un vrai Plus. Que ce soit pour les chances de réussite aux concours, mais aussi pour la poursuite de votre future carrière. Ca vous sera immanquablement utile pour mieux comprendre votre rôle d'enquêteur - investigateur... La Licence en Droit Pénal me parait un bon choix. Par ailleurs, certaines universités proposent un D.U. de Sciences Criminelles (droit pénal spécial, psychiatrie criminelle, initiation en médecine légale, droit des victimes, etc...) et ça c'est vraiment le Top pour les oraux de recrutement.

Aussi intéressantes les études de langues étrangères puissent elles être, ce n'est pas forcément le cursus et le profil le plus recherché en Police. A suivre des études supérieures après le bac, autant qu'elles soient orientées vers vos choix de carrière. Ca ne dévalorise en rien les autres cursus, c'est juste que le Droit vous sera plus utile...

Les missions d'un Gardien de la Paix en P.J. sont d'enquêter... Quand on dit ça, on dit tout et on dit rien... En pratique, tant qu'il n'aura pas réussi l'examen d'OPJ 16, le Gardien de la Paix aura une mission d'assistance lors de la rédaction des actes de procédures. Mais il reste un enquêteur à part entière : il procèdera à des surveillances physiques, fera des enquêtes de voisinage, procèdera à des interpellation après avoir contribuer à l'identification de malfaiteurs et participera à leur déferrement devant la justice. Qualifié OPJ16, il aura alors la plénitude de ses capacités d'enquêteur en Police Judiciaire.

Ne perdez jamais de vue que la PJ est un sport d'équipe : seul, on ne parvient à rien, et tout se fait avec le Groupe. C'est pour moi la notion la plus importante dans mon quotidien professionnel.

Les qualités pour intégrer une P.J. ? Pour moi, je dirais que c'est d'avoir l'envie. La vraie : celle qui vous donnera la motivation pour ne jamais rien considérer comme acquis et la niaque pour toujours vouloir aller au fond des choses... Tout le reste, ça s'apprendra en Groupe au contact de vos futurs ainés... blunk

Louis-André a dit :

dimanche 21 septembre 2014 14:30:35

Si la majorité des postes d'OPN offerts en sortie d'école de police concernent la Sécurité Publique, il a néanmoins un nombre non négligeable de postes au sein de la D.C.P.J. au sens large, en tant que direction d'emploi. La plupart sont d'ailleurs en région parisienne. Leur nombre varie d'une année à l'autre mais il est donc possible d'intégrer la PJ en sortant de Cannes Ecluse.
Rares sont les groupes P.J. où il n'y a aucun OPN. Ils sont le plus souvent chef de groupe ou adjoint, voire parfois 3ème de groupe, selon l'importance en terme d'effectifs. Ca permet d'ailleurs d'apprendre le boulot peu à peu.
Si l'OPN a effectivement un rôle d'encadrement et de gestion d'effectifs, il a toujours la possibilité "d'aller sur le terrain" comme vous l'écrivez. L'avantage de la Police Nationale est que le panel des postes offerts et leur profil permettent de trouver une affectation qui correspond à ses desiderata, que ce soit bien sûr au sortir de l'école, mais aussi au cours du déroulement de sa carrière au fil des postes successifs. Par bonheur, rien n'est définitivement figé dans ce domaine et permet de s'épanouir pleinement.
Bon courage pour votre préparation aux épreuves d'admission pour le concours de recrutement OPN. Foncez, vous ne le regretterez pas.

G. a dit :

lundi 22 septembre 2014 17:35:15

Très bien, je vous remercie beaucoup pour vos éclaircissements. Comme vous le précisez, la Police Nationale offre une large diversité de postes, et c'est aussi ce qui m'intéresse. Je vais certainement découvrir des affectations qui me plairont particulièrement sans les avoir envisagées dès maintenant. Toutefois il est bon de savoir que des potes en PJ restent ouverts régulièrement.
Je vous remercie une fois encore de vos réponses et espère pouvoir vous suivre à travers d'autres billets.

G.

G. a dit :

mercredi 17 septembre 2014 17:59:28

Officier de police

Bonjour Monsieur,

Je vous remercie de votre témoignage, qui m'intéresse plus aujourd'hui que jamais, et je suivrai vos autre billets avec attention.

Je prépare actuellement les épreuves d'admission au concours d'officier de police, et j'aimerais beaucoup intégrer comme vous, si par bonheur je suis admise, la branche judiciaire de la police nationale (stups en particulier). Cependant je vous avoue que j'ai un peu de mal à m'y reconnaître parmi tous les services et la réforme à propos du pouvoir de commandement des officiers. J'ai pensé que vous pourriez m'éclairer à ce sujet, si toutefois vous avez les réponses à mes questions :
- trouve-t-on beaucoup d'officiers de police dans chaque service de la la DCPJ ? Je voudrais savoir, en vérité, s'il est toujours possible d'espérer obtenir un poste en sortie d'école comme vous avez pu le faire, ou assez rapidement, même si je suis tout à fait prête à découvrir d'autres fonctions.
- j'ai lu quelque part que l'officier était davantage amené à exercer son pouvoir de commandement que d'investigation. Est-ce vrai ? J'imagine qu'il suit quand même ses hommes sur le terrain et qu'il participe à l'enquête au même titre qu'eux ?

Voilà, vous l'aurez compris j'ai un peu de mal à cerner précisément et concrètement les fonctions exercés par l'officier par rapport aux autres policiers. Je suis consciente de sa double casquette, mais pas de leurs proportions en pratique. Est-il toujours un homme de terrain avec simplement plus de responsabilités ? J'imagine que cela dépend également de l'effectif dont il a la charge, et aussi certainement du grade de l'officier.

Je vous remercie si vous avez la possibilité de m'éclairer un peu et vous souhaite une très bonne fin de journée.

G.


Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Louis-André Louis-André [13 billets]
Commandant de police, chef de groupe PJ

Par le même auteur


"Voilà, c'est fini..."

18 mai 2015

J'ai aimé passionnément mes années en Police Judiciaire. C'était une vie d'aventure et de dynamisme. J'ai connu...


Saisir l’ouverture au vol...

29 avril 2015

Les kilomètres s’enchaînaient rapidement. Nous avions débuté la filature dans une cité de Seine-Saint-Denis en...


L’école de la patience

10 avril 2015

Ça fait près de 6 heures que tu es installé au volant de ta voiture de service. Le soleil cogne à travers le...


Toujours chercher à apprendre...

11 mars 2015

La police judiciaire, c’est se remettre sans cesse en question et chercher à apprendre, à progresser, à...


Un allié bien inattendu

16 février 2015

C’était un campement de bric et broc, ensemble fouillis de maisonnettes miteuses ou de caravanes hors d’âge,...