Un métier, une carrière, un avenir

"C'est l'histoire d'un policier devenu altruiste..."

20 juin 2017
1 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Je m'appelle Christophe et je suis gardien de la paix depuis un peu plus de neuf ans à Paris (213ème promotion et primo-affectation à Paris en février 2008).

Originaire des Bouches du Rhône et âgé de 37 ans, rien ne me prédestinait, à priori, au métier de policier. De père d'origine vietnamienne mais de mère française, j'avais quelques interrogations identitaires et culturelles quant à mes origines. C'est pourquoi je me suis lancé dans des études asiatiques à la fac avec un master 2 "Monde chinois" obtenu en 2005, après 2 années passées en Chine pour perfectionner mon mandarin.

"

J'avais...une sincère volonté d'aider les gens et d'améliorer la société.

"

Ce cycle d’études une fois terminé, lequel était plus "identitaire" que lié à un véritable projet professionnel, j'ai songé à entrer dans la Police nationale. Pour quelles raisons ? Eh bien, je dirais que bien qu'ayant toujours eu un profil un peu "intello", j'avais certaines dispositions à l'action notamment à travers ma pratique des arts martiaux, mais aussi une sincère volonté d'aider les gens et d'améliorer la société. Je dois reconnaître que les séries télévisées, la littérature policière et les reportages à la télévision, déjà nombreux à l'époque, m'ont pas mal inspiré. Bref, je voulais m'engager dans la vie de mon pays. Un nouveau cycle de vie s'ouvrait alors à moi. C'est ainsi que j'ai passé le concours externe de gardien de la paix à Marseille en mars 2006, après être allé au commissariat de police retirer un dossier de candidature au concours.

Après mon école de police à Fos-sur-Mer (13), j'ai été affecté à Paris et suis passé successivement par le centre de rétention de Vincennes (CRA), la COTEP (compagnie de transfert, d'escorte et de protection de détenus très signalés), la police-secours puis la brigade locale de protection de la famille (« brigade des mineurs » comme on dit parfois) en Seine-Saint-Denis, un commissariat d’arrondissement parisien, et enfin la brigade d'assistance aux personnes sans-abri (BAPSA) où je suis encore à ce jour depuis plus de 13 mois.

"

« Le fait de leur sourire... peut vraiment changer la donne »

"
patrouille pédestre aide SDF

J'ai toujours eu une vraie disposition à l'altruisme, à l'empathie et à la bienveillance dans mon métier. Il y a, à mon sens, une vraie place, un vrai espace à exploiter en la matière dans la police. Mon rapport aux gens a toujours été plutôt souriant, sympathique et avenant. À la BAPSA, on a affaire à des personnes déjà extrêmement fragilisées par la vie, qui ont souvent démissionné de tout. Le fait de leur sourire, de les considérer, de leur apporter une aide concrète (café ou thé, matériel hygiénique, conduite dans un centre d'accueil de jour avec des soignants, un accueil de nuit, un hôpital, distribution de vêtements l'hiver, information quant aux relais pour se soigner, se laver, se nourrir, se socialiser à nouveau, etc.) peut vraiment changer la donne dans leur vie. Les exemples de gens que nous avons sortis de la rue ne manquent pas…

Chers internautes, je vous invite donc à suivre ici le récit des mes pérégrinations professionnelles au sein de la Police nationale ! J’attends vos commentaires et vos questions avec impatience, alors n’hésitez pas ! Je répondrai avec la même humanité que je pratique dans mon métier...

Aller plus loin...

Créée en 1955 après le rude hiver 54 et l’appel de l’abbé Pierre, la brigade d’assistance aux personnes sans-abri (BAPSA) prend en charge les sans domicile fixe à Paris et poursuit sa mission de soutien sur le terrain, 67 ans après sa création.


1 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 1 commentaire(s) commenter
Afficher tous les commentaires

Rayan a dit :

mardi 20 juin 2017 19:47:23

Le Policier.

Bonjour je me nomme Rayan, je suis agé de 17 ans, actuellement en terminale ES et étant en pleine periode du Bac je me destine a passer le concours D'adjoint de sécurité. Depuis mon Enfance je souhaite integrer la Police National. Un rêve d'enfants bercer par des séries, des emissions et des reportages sur la Police. Un rêve que j'ai vu se consolider avec les années, passant de simple rêve à un objectif à atteindre me motivant dans chaque étape de ma vie.

J'ai conscience d'être encore jeune mais ma determination n'en est pas moins très forte.
Si je vous dis tout cela c'est car à travers votre témoignage je reste admiratif, admiratif du Policier que vous êtes et de la vision que vous avez de ce métier. Vous m'avez apporter une vision bien plus altruiste de ce métier. Il n'y a pas que le côté repressif, il y a une partie bien plus humaine et à travers ma Lecture j'ai réussis a entrevoir cet altruisme et ce sens du contact, cette humanité qui est nécessaire dans ce métier.

Je tenais a vous remercie pour la richesse de votre témoignage et tout ce qu'il apporte et apportera a d'autres personnes.

ChristopheM a dit :

mercredi 28 juin 2017 10:03:00

Réponse au commentaire

Cher Rayan, je te remercie pour ton commentaire. Si j'ai décidé de témoigner de mon expérience, c'est pour transmettre aux plus jeunes des valeurs et une image du métier pas forcément véhiculées par les "séries" et "reportages" qui t'inspirent dans ton envie de devenir policier.

Il faut que tu sois prudent et fasses bien la part des choses entre ces "séries" et "reportages" parfois un peu "coup de poing" pour faire vibrer les téléspectateurs, et la réalité tout autre du métier. Selon les situations, ce n'est certainement pas un comportement incisif ou "punchy", comme on voit trop au cinéma ou à la télévision, qui améliore forcément les choses, même s'il faut aussi être ferme parfois.

N'oublie pas que tu as jusqu'au 7 juillet 2017 pour t'inscrire au concours de GPX! Si tu as ton bac, ton inscription sera totalement possible... alors tente!


Déposer votre commentaire

  • happy
  • sad
  • wink
  • mad
  • ohnoes
  • oha
  • suspicious
  • happy

Les contributeurs actifs

Le blogueur


Préfecture de Police de Paris ChristopheM [1 billets]
Gardien de la paix à la brigade d'assistance aux personnes sans-abri