Un métier, une carrière, un avenir

Définition de la police de sécurité du quotidien par un gardien de la paix

23 mai 2018
1 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Lors de la dernière élection présidentielle en 2017, le concept de police de sécurité du quotidien (PSQ) était mis en avant par notre actuel Président de la République, puis officialisé en février 2018 par le ministère de l’Intérieur. C’est en lisant le magazine « civique », le magazine du même ministère, dans son édition de février/mars 2018, que je tombais sur un formidable article consacré à cette nouvelle police. Dans l'interview de notre ministre, laquelle clôt l’article, ce dernier affiche toute la confiance, l'espoir, mais aussi l'exigence de responsabilité de chaque agent qu’il place dans la mise en application de cette PSQ :  «[...] sans l’engagement des policiers et des gendarmes sur le terrain, rien ne sera évidemment possible. ».

"

toute la confiance, l'espoir, mais aussi l'exigence de responsabilité de chaque agent

"
ADS et brigadier en patrouille

Par quels actes cela se manifeste-t-il chez un gardien de la paix, qu’il soit à la BAPSA comme je le suis, en commissariat ou ailleurs où j’ai été ? Par des actes concrets et apparemment anecdotiques, trop souvent oubliés et pourtant riches en potentiel de bonnes relations entre le public et les policiers : indiquer son chemin aux usagers avec le sourire, guider et protéger les touristes (en pratiquant par exemple leur langue d’origine lorsqu’ils sont étrangers), avoir des rapports quotidiens avec les commerçants et riverains pour faire remonter des informations sur la délinquance ou des faits locaux ; ou encore faire connaître, dans une certaine mesure, les missions de police aux jeunes des quartiers, ce que je pratique déjà à la BAPSA. Je reçois, avec mes collègues, de jeunes délinquants soumis à des peines de travail d’intérêt général, lesquels découvrent toujours avec ravissement que les policiers sont des gens « comme tout le monde », mais aussi que la police a un visage « social » extrêmement fort à travers notre gestion des SDF.

patrouille pédestre aide SDF

Recevoir, dans la limite de la sécurité des agents et de la nature de leurs tâches, des jeunes des quartiers dans les locaux ou lors de missions, les faire participer avec leurs enseignants ou éducateurs à des journées « portes ouvertes » plus fréquentes, partager des activités sportives et éducatives, c’est aussi les faire sortir de leur périmètre souvent très étroit, c’est leur montrer que la société est vaste et diverse, c’est les faire évoluer. C’est aussi à mes yeux une forme de police de sécurité du quotidien. Restaurer un climat de confiance avec la population dans les quartiers, apprendre à se connaître, exister autrement dans la tête des gens que comme uniques agents verbalisateurs, voilà les maîtres-mots de cette PSQ dans mon esprit. Long processus, mais qui portera ses fruits un jour, j’en suis sûr.

"

être totalement dans une logique de dialogue, d'écoute, de compréhension et de communication bienveillante

"

Bref, être totalement dans une logique de dialogue, d'écoute, de compréhension et de communication bienveillante affichée. La communication est essentielle dans l'action policière. « Fermeté mesurée et respectueuse des lois qui régissent l'action policière, mais également dialogue bienveillant constant et pédagogique jusqu'aux dernières limites ». Voilà comment je perçois mon action à venir dans le cadre de la Police de Sécurité du Quotidien.


1 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 1 commentaire(s) commenter
Afficher tous les commentaires

SoleilçaPik a dit :

dimanche 27 mai 2018 14:10:00

PSQ

Je valide complètement ces propos et espère dans un futur proche que ces pensés et mentalités seront dans toutes les têtes des agents en fonction.


Déposer votre commentaire

  • happy
  • sad
  • wink
  • mad
  • ohnoes
  • oha
  • suspicious
  • happy

Les contributeurs actifs

Le blogueur


Préfecture de Police de Paris ChristopheM [7 billets]
Gardien de la paix à la brigade d'assistance aux personnes sans-abri

Par le même auteur


La brigade animale bénévole

10 septembre 2018

J'ai toujours été sensible à la souffrance. Comme je l'ai déjà dit dans mes billets précédents, la bonté,...


L'auto-école du garage "sud"

14 février 2018

Quand j'ai candidaté à la Brigade d'Assistance aux Personnes Sans-Abri (BAPSA) via un télégramme de mouvement...


Premiers pas à la brigade locale de protection de la famille

7 décembre 2017

En janvier 2013, j’arrive au commissariat de Pantin en Seine-Saint-Denis (93) par le jeu d’une mutation...


Quand certains s'en sortent...

13 octobre 2017

Lin est un pensionnaire chinois du "bus" de la brigade d’assistance aux personnes sans-abri (BAPSA). Il...


"C'est l'histoire d'un policier devenu altruiste (suite)…"

13 septembre 2017

Il est parfois difficile de connaître l'impact réel de notre action quotidienne à la brigade d’assistance aux...