Un métier, une carrière, un avenir

Flagrant délit dominical

2 février 2015
2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


C’était une zone artisanale comme il y en a des centaines en région parisienne. Un vaste entrepôt de cuisiniste, un peu à l’écart, au bout d’une rue en impasse plutôt calme en ce dimanche matin là. Les nombreux locaux commerciaux étaient fermés. Il n’y avait aucun signe de vie.

Un de nos collègues avait pu récolter un renseignement auprès d’un informateur. Une équipe de malfaiteurs détiendrait un important stock de parfums de marque, dérobé quelques jours plus tôt lors d’un vol à main armée auprès d’un grossiste. L’un d’eux serait en train d’essayer de trouver des clients pour écouler le stock.

Entrepôt

Tout le groupe avait été rappelé en catastrophe et une surveillance avait été rapidement mise en place sur l’un des malfaiteurs qui nous avait été désigné par notre source. Cette surveillance nous avait permis de confirmer ces éléments. L’individu, connu de nos services pour des faits similaires par le passé, avait rendu visite à divers tenanciers de bars miteux, déposant discrètement des échantillons de parfums pour une revente sous le manteau. Après cette série de « démarchages commerciaux », le malfaiteur avait quitté les lieux. Nous l’avions pris en filature. Très méfiant, il avait effectué diverses mesures de contre surveillance afin de voir s’il était suivi. Le groupe avait alors fait un super boulot et nous avions réussi à continuer notre filature.

Il venait de rentrer dans cet entrepôt isolé depuis prés d’une heure. Nous avions perdu le visuel. Le maillage avait été resserré et nous attendions le feu vert du chef de dispo.

Tout à coup, un petit utilitaire arrive et s’engage dans le parking de la société. Notre implantation nous permet de voir que les deux occupants rentrent dans les locaux à leur tour. Quelques minutes après, les deux individus et notre « commercial » ressortent et commencent à charger des cartons volumineux dans l’utilitaire. Ces cartons présentaient sur leur face le logo caractéristique d’un grand parfumeur français. Et le butin du vol à main armée sur lequel nous enquêtions était justement composé d’effets de cette marque !

Les éléments du flagrant délit désormais réunis, le « Top » Interpellation nous est alors donné. Nous nous précipitons en voiture sur le parking, bloquant le véhicule utilitaire. On sort rapidement des véhicules et on procède à l’interpellation des malfaiteurs figés par la surprise. Les gestes techniques s’enchaînent : menottage, palpation, investissement de l’entrepôt et sécurisation. A l’intérieur, un véritable monceau de cartons nous attendait : des parfums bien sûr, mais aussi des ordinateurs ainsi que de la bagagerie de luxe. L’ensemble provenait de différents vols de fret ou d’agression chez des grossistes. Des armes à feu, des tenues de policiers et un gyrophare complétaient le tableau…

Ce qui ne devait être qu’une petite affaire facile d’un dimanche matin s’est avérée finalement être une très belle réussite... Une des plus belles depuis plusieurs mois. Plusieurs agressions violentes se trouvaient ainsi résolues et de nombreux éléments allaient nous permettre de poursuivre nos investigations par la suite et d’interpeller les autres membres de l’équipe.

Parfois, tout se déroule sans accro ! Un excellent tuyau, une filature discrète menée à bien, un Flag’ constitué facilement et une interpellation réussie : ce dimanche là passé à travailler, personne chez nous ne l’avait regretté. Et nous aurions tous immédiatement signé pour avoir d’autres réussites aussi faciles… Ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Loin de là hélas…

 photo credit: Why Not Linh Vu via photopin cc
2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 2 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

Louis-André a dit :

mardi 03 février 2015 19:53:42

@ Quentin :

Cette affaire avait été étonnamment rapide dans son aboutissement : 2 jours de recherches et de surveillances, puis 2 jours de gestion des gardes à vue. Mais pour être honnête, les dossiers P.J. demandent souvent de plus longues investigations par leur complexité. C'est d'ailleurs la raison d'être des services de P.J.
Bon courage pour ta future carrière. Fonce !

Quentin a dit :

mardi 03 février 2015 08:15:39

Bien jouer !!!

Bonjour, j'ai 15 ans, je shouaite devenir gardien de la paix, j'aimerai savoir combien de temps environ, une telle affaire prend-t'elle a êtres résolu ?
En tout cas, bien jouer !!!


Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Louis-André Louis-André [13 billets]
Commandant de police, chef de groupe PJ

Par le même auteur


"Voilà, c'est fini..."

18 mai 2015

J'ai aimé passionnément mes années en Police Judiciaire. C'était une vie d'aventure et de dynamisme. J'ai connu...


Saisir l’ouverture au vol...

29 avril 2015

Les kilomètres s’enchaînaient rapidement. Nous avions débuté la filature dans une cité de Seine-Saint-Denis en...


L’école de la patience

10 avril 2015

Ça fait près de 6 heures que tu es installé au volant de ta voiture de service. Le soleil cogne à travers le...


Toujours chercher à apprendre...

11 mars 2015

La police judiciaire, c’est se remettre sans cesse en question et chercher à apprendre, à progresser, à...


Un allié bien inattendu

16 février 2015

C’était un campement de bric et broc, ensemble fouillis de maisonnettes miteuses ou de caravanes hors d’âge,...