Un métier, une carrière, un avenir

Guerre de bandes...

4 mars 2013
15 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


photo-3-article-2

" La Police et une bande de jeunes se sont affrontées ! "... Voilà une phrase qui revient souvent dans la presse lors de violences urbaines où, en réponse à une agression subie (jet de projectiles...), les Policiers utilisent leurs moyens de défense (grenades lacrymogènes...). Je n'aime d'ailleurs pas vraiment cette tournure de phrase qui tendrait à mêler l'agresseur et l'agressé où la notion d'affrontement mutuel légitimerait les violences exercées par la bande de jeunes face à " la bande des Policiers ".

Mais finalement c'est le reflet d'une triste réalité. Celle où dans certains quartiers, certaines banlieues, la Police est perçue comme une bande rivale. Le terme " bande ", d'un point de vue sociologique comme d'un point de vue policier, reconnaît entre-autre la volonté d'appropriation d'un territoire. Et c'est sur ces différents territoires revendiqués par nos bandes de jeunes que la simple présence de " la bande des képis " est vécue comme une provocation, une sorte de déclaration de guerre par violation de territoire.

Démonstration....

Nous sommes un vendredi soir de septembre, je suis en patrouille avec une collègue Gardien de la Paix et un jeune Adjoint de Sécurité. Notre début de nuit est rythmé par un différent conjugal, une petite fiesta entre ados un peu trop alcoolisés, un groupe d'ouvriers mécontents décidés à occuper leur entreprise, un arracheur de sac à main en fuite... La nuit s'annonce agitée...

Enfin un moment de répit, le temps d'aller patrouiller dans l'un de nos quartiers sensibles à nous, les " 4000 ". Un petit crochet par le point de deal encore actif à cette heure tardive. " Ça passe !!!!! " ; tels des Monarques nous voilà annoncés par les guetteurs... Deux voitures arrêtées au milieu de la route attirent notre attention. Notre présence derrière eux n'a pas vraiment l'air de les décider à bouger...

Lorsqu'enfin ils repartent, nous décidons de contrôler l'un des deux véhicules qui redémarrent. Au détour d'une rue, un coup d'gyro, le véhicule s'arrête, un coup d'œil, il y a deux passagers, le contrôle commence. Le chauffeur est en règle. Et c'est toujours dans ce genre de moment où tout se passe bien, qu'il faut qu'un des passagers s'en mêle.

" P***** c'est quoi encore le problème, vous cassez les c******* !"
" Il y a un soucis Monsieur ? "
" Le problème c'est qu'ici on est chez nous et que nous tu nous contrôles pas ! T'as cru qu'on était d'où ? Qu'on était qui ? Allé dégagez ! "

Il décide de sortir de la voiture suivi de près par ses acolytes. La relation Policiers €“ Citoyens perd d'un coup tout son sens, un nouvel " affrontement entre bandes " s'annonce...

On se retrouve vite en mauvaise posture, coincés entre l'arrière de leur voiture et le capot de la nôtre. Ils avancent, on recule pour retarder cet affrontement qui s'annonce inévitable, le temps d'appeler des renforts. Imaginez trois personnes qui font face, nez à nez, têtes contre têtes, à des Policiers. Il n'y a plus aucune notion de respect, plus aucune barrière. On se retrouve coincés contre notre voiture, on a plus le choix. Le temps d'attraper le diffuseur lacrymogène dans la poche latérale de pantalon de mon collègue, et " pssshhhiiiit ". Dans ce genre de situation l'effet est radical, tout le monde a les yeux qui brûlent, la gorge irritée, le nez qui coule...mais eux plus que nous ! Ils partent en courant et s'arrêtent à une vingtaine de mètres de nous. L'un d'eux se baisse au sol, prend une pierre et la lance dans notre direction. Puis une seconde pierre, une troisième... Il faudra le jet d'une grenade lacrymogène pour les faire définitivement renoncer...

Nous aurons simplement fait notre travail, eux auront simplement perdu une bataille sur leur territoire. Et oui, " simplement " ; parc'qu'il n'y a rien d'extraordinaire dans cette histoire, juste la chronique d'un quotidien devenu malheureusement ordinaire...

On ne choisit pas ce métier par hasard. Une vocation, une passion... Être content de rentrer chez soit, être content d'y retourner pour affronter ce quotidien difficile. Voilà pourquoi j'ai signé !

A très vite...


15 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 15 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

Arnaud a dit :

vendredi 19 avril 2013 23:39:02

Vous trouverez mon parcours dans mon premier article sur ce blog blunk

QUESTION a dit :

vendredi 29 mars 2013 19:40:33

Bonnjour, c 'est quoi votre parcours (étude ect...)

Nicolas a dit :

mardi 26 mars 2013 12:36:48

Merci Arnaud pour ta réponse et ton honnêteté. Attendant l'incorporation en école en tant que futur ADS et vu les dires de certains je m'inquiète un peu des futurs rapports avec les titulaires. Mais d'un coté une faible formation et parfois des ADS qui ont "vu la lumière" en intégrant l'institution, je peux comprendre qu'il y ai une certaine méfiance à l'arrivée en service.

Merci de m'avoir répondu.

Arnaud a dit :

lundi 25 mars 2013 08:41:40

@Nicolas: Dans ma brigade de nuit, il n'y a qu'un ADS avec qui ça se passe très bien. Les rapports sont très bons et je dois avouer (ça me gêne puisqu'il est possible qu'il lise ce comm' lol) que professionnellement il tient la route !! Je vais te donner MON point de vue. Lorsque je vois de débarquer un ADS je suis méfiant. Méfiant dans le sens où il n'a fait que 3 mois d'école donc l'ADS sera très observé. A partir du moment où il aura prouvé qu'il tient la route sur le terrain, alors il aura toute ma confiance. Mais finalement c'est comme avec un GPX stagiaire qui sort d'école, une confiance de collègue se mérite ! Un ADS comme un GPX est considéré et intégré à la hauteur de ses compétences professionnelles même si il faudra peut être un peu plus de temps avec un ADS.

Nicolas a dit :

dimanche 24 mars 2013 00:02:36

Bonjour,

En parlant de ton effectif, cela m'a donné envie de connaitre ton point de vue sur les ADS (en général ou ton collègue) et les rapports entre eux et les gpx.

Merci !

Arnaud a dit :

vendredi 08 mars 2013 03:26:58

@Alex38: Merci pour votre message. A bientôt

Alex38 a dit :

jeudi 07 mars 2013 19:28:03

Tres beau témoignage qui reflete parfaitement la réalité.
J'espere faire partie un jour de ce corps de métier.
Comme vous le dites je pense que la Police est une famille ou la confiance est la basse: avoir confiance en soi-même, confiance en ces collègues et aux moyens utilisés pour faire face a ces nouvelles bandes de jeunes qui ce croient au dessus de toutes lois.

Merci pour cet article écrit avec passion. Continuer à faire ce beau métier, Je vous souhaite bon courage pour la suite.

Arnaud a dit :

mardi 05 mars 2013 20:45:06

Je ne pense pas que Titeuf78 ait voulu juger l'intervention et encore moins la qualité des collègues. Mais c'est vrai que sur une première lecture on peut facilement se dire "attends ils sont trois dans une cité, ça fait pas un peu léger ?" ! Le principal étant que le contexte à l'instant T nous permettait de contrôler en toute sécurité, c'est ce qu'il faut retenir happy
Ceci dit finalement c'est aussi le reflet de la confiance aveugle accordée entre chaque membre de l'équipage, les uns aux autres, qui il soit. C'est aussi ça qu'il faut retenir blunk

audmatheo a dit :

mardi 05 mars 2013 16:53:03

Comme tu le disais justement titeuf nos moyens ne sont pas appropriés en csp néanmoins charge a nous d intervenir ca fait partie de notre metier l essentiel etant notamment d avoir confiance en son equipage c est du moins comme cela que l on fonctionne en csp.ensuitr pour la question d effectif la question ne demeure pas de savoir si l on est avec des feminines et des ads.sans feminisme aucun je bosse depuis maintenant de longues annees dans les 4000 et certes je te l accorde nous ne sommes ni votre egal d un point de vue de la force mais cote credibilite il y a des collegues feminines qui ont bin plus de credibilite que certains masculins....de plus comme l a di justement arnaud plus tot les 4000 c est plus c ke c etait et intervenir en nombre tres important c est leur donner beaucoup trop d importance alors que bien souvent au premier eclat de voix la situation se calme. la cite reste un lieu ou beaucoup se disent des "BONHOMMES"et ou au final tres peu en sont et quelque part heureusement pour nous.bonne continuation.

Arnaud a dit :

mardi 05 mars 2013 14:33:28

@Titeuf78: J'avais bien compris que tu ne jugeais pas blunk Oui, au plaisir d'un
Café Lyovel happy
@Maximeh: Merci blunk À bientôt !!

maximeh a dit :

lundi 04 mars 2013 23:46:40

Un article cru, sans langue de bois et ecrit avec passion! Merci arnaud, je te reconnais bien là! blunk

Un collègue de l'enp!

titeuf78 a dit :

lundi 04 mars 2013 22:30:44

je ne me permetrai pas de juger la qualité, ce que je voulais dire, c'est que nos clients ne se comportent pas pareil avec des collègues féminines et des ADS...
moi avec mes 10ans de boite, il m'arrive d'etre le plus jeune du fourgon..... mais l'ancienneté n'est pas un gage de qualité nonplus. blunk
j'espère venir sur ta circo un soir, on se boira un petit café à la machine.

Arnaud a dit :

lundi 04 mars 2013 18:47:55

@Dreezy: Je suis même plus certain qu'il y ait vraiment de la communication... suspicious
@titeuf78: Le contexte et le lieux sur l'instant nous permettait d'intervenir en sécurité blunk Et les "4000" d'il y a quelques années ne sont plus celles d'aujourd'hui ! Aujourd'hui de nuit tu peux te permettre d'intervenir à 3, 4 même en pédestre ! Quant à l'effectif, sincèrement, à la nuit sur un effectif de 15 collègues tu en as 4 à 10 ans de boîte ou plus (et gradés), 5 entre 5 et 9 ans d'ancienneté, 4 entre 3 et 4 ans, 1 juste titu et 1 ADS (très compétent) happy Tu peux jugés le nombre peu élevé, mais niveau qualité on est bien !

titeuf78 a dit :

lundi 04 mars 2013 13:35:41

salut collègue, je ne voudrais pas te jeter la pierre (sans faire de jeu mot). mais intervenir la nuit dans une cité, à 3, avec une collègue est un ADS, c'est un peu présomptueux...
personnelement, dans ce genre d'endroit, nous intervenons au minimum à deux VR, donc 10 ou 12 mecs. les lanceurs 40 sont aussi de sortie.
je connais très bien les 4000, j'ai fais des descente à 6h du matin il y quelques années. et des patrouilles la nuit aussi.
il n'y a plus de respect pour la Police car ils savent qu'ils seront en nombre et qu'ils auront le dessus. je sais que vos moyens sont limités, (en effectif est en encadrement, pas assez d'anciens et de gradés), mais le plus important est de rentrer en entier aprés le boulot.
fait attention à toi, bon courage collègue.

Dreezy a dit :

lundi 04 mars 2013 13:24:32

Cette situation montre encore les qualités de communication que doit posséder le gardien de la paix !!! #ILoveThisJob


Agenda des événements recrutement

L M M J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
Voir tous les évènements
Numéro vert 0800 22 0800

Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Arnaud Arnaud [9 billets]
Brigadier de police en BAC

Par le même auteur


Évolution de carrière...

17 août 2017

Le temps passe... Que mon absence sur notre blog fût longue. Il faut dire que beaucoup de changements ont eu lieu...


Vol à la portière, suivez le guide

25 janvier 2016

Nous sommes sur la Nationale 1, laissez-vous guider ! Présentez-vous Porte de la Chapelle puis continuez tout...


La main verte !

20 janvier 2015

Nous sommes le 8 novembre 2014. Ce soir là je prends comme d'habitude mon service à 19h. L'appel est effectué puis...


Enfin j'y suis!!

29 octobre 2013

Voilà...j'y suis ! Par superstition, j'ai préféré attendre d'y être officiellement avant d'écrire cet...


Différend familial

14 août 2013

Quel Policier exerçant en Police Secours n'est jamais intervenu sur un différend familial ? C'est d'ailleurs,...