Un métier, une carrière, un avenir

Hôtel 18

7 juillet 2017
0 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Nous recevons un appel de notre station directrice nous demandant de nous rendre dans un hôtel particulier pour une personne qui casse tout dans sa chambre…

Rapidement sur place, le veilleur de nuit nous indique la chambre ; 1er étage porte en face.

Article arnaud bac 93

Nous grimpons 4 à 4 les escaliers et constatons qu’une porte est entrouverte, face à nous…

Je rentre le premier et me rends rapidement compte du désordre qui sévit dans la pièce, de la fenêtre et du mobilier cassés…

Tout de suite, mon regard se porte sur le lit où se trouvent plusieurs boîtes de médicaments et surtout un pistolet automatique...

Me saisissant rapidement de l'arme, je la donne à un collègue afin qu'il la neutralise...

"

Devant nous, un homme d'une quarantaine d'années, torse nu brandissait un grand couteau de cuisine...

"

Entendant du bruit dans la salle de bains, nous ouvrons la porte...

Devant nous, un homme d'une quarantaine d'années, torse nu brandissait un grand couteau de cuisine...

L'individu portait des traces de coupures sur toute la longueur de ses avant-bras et avait le regard d'un fou.

Se retournant dans notre direction, il se jeta sur nous en disant : « j'aime pas la police, j'vais vous buter »…

Tenant la radio, un de mes collègues quitta la chambre afin de demander du renfort en urgence.

En attendant, je ne trouve rien de mieux que de me percher sur le lit, dos au mur, pointant l'individu avec mon arme de service.

Je me souviens encore de son regard et de sa détermination, sa volonté destructrice sans doute causée par un mélange d'alcool, de médicaments et vraisemblablement de drogue.

"

Voyant mon arme de service sortie, l'individu arrêta sa charge...

"

Voyant mon arme de service sortie, l'individu arrêta sa charge, mon regard et mon arme ciblait son ventre. Je n'attendais qu'une chose : qu'il se jette sur moi pour faire un « double shot » et cela sans regret, nos injonctions pour lui faire poser son couteau restant vaines.

équipe pour perquisition

Au moment où j'allais appuyer pour faire feu voyant le déséquilibré fondre sur moi, mes collègues ouvrirent la porte de la chambre avec fracas en criant ; « POLICE, ON NE BOUGE PLUS » déstabilisant l'assaillant qui se retourna vers eux...

Le reste fut un mélange de techniques policières, de maîtrise et de bagarre de rue (il faut bien le dire) qui se solda par le menottage de l'individu, sans faire de blessé grave.

Je garde le souvenir d'une belle frayeur... mais c'est ce qu'on aime lorsqu'on est en BAC...


0 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 0 commentaire(s) commenter

Déposer votre commentaire

  • happy
  • sad
  • wink
  • mad
  • ohnoes
  • oha
  • suspicious
  • happy

Les contributeurs actifs

Le blogueur


FrédéricP FrédéricP [9 billets]
Major de police – Brigade judiciaire

Par le même auteur


Mission “Harpie” en Guyane française

10 juillet 2017

Partis depuis quelques minutes, bien assis au fond de la pirogue métallique poussée par un moteur de 75 CV, nous...


BLACK OIL

10 août 2016

Frontière Brésilienne, Guyane française,... St-Georges-de-l'Oyapock,3°53′19.91″N, 51°48′4.4″WBien qu'il...


OPE ORPI (opération orpaillage)

16 juin 2016

En qualité d'officier de police judiciaire (OPJ) de la police aux frontières (PAF) en Guyane française, nous avons...


Le salaire de la peur

21 avril 2016

Pour cet article, je vais vous parler de l’immigration clandestine en Guyane et plus précisément à St George de...


OR NATIF

7 avril 2016

En fin d'année dernière, j'ai participé à une mission de lutte contre l'orpaillage illégal en Guyane, du côté...