Un métier, une carrière, un avenir

La Police, un choix qui me réussit.

15 janvier 2016
3 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Aucun membre de ma famille ne faisait partie de l'institution et je suis pourtant devenu policier. Je m'appelle Damien.
Après un bac technologique option gestion informatique, un BTS informatique entamé mais jamais fini, j'avais envie d'action. Pas d'action au sens propre du terme mais envie de faire quelque chose de différent. Je me suis donc inscrit, un peu par hasard, à la préparation militaire pour être gendarme réserviste. Durant trois semaines de formation militaire, j'ai compris que cette "branche" était pour moi. Il s'en est suivi mon inscription aux concours de gendarme et de gardien de la paix.
Le second en poche, je suis parti en vadrouille quelques mois au Canada et j'ai intégré l'école de police de Montbéliard au mois de décembre 2006.

voiture sérigraphiée

À l'issue de ma scolarité, j'ai été affecté au commissariat de police d'Argenteuil. Les premières années, sur le terrain, m'ont appris les bases de ce métier prenant mais passionnant. Le métier d'enquêteur m'intéressant, j'ai passé dès que j'ai pu la qualification d'officier de police judiciaire (O.P.J.), que j'ai obtenu en 2012. Depuis je suis affecté au groupe d'appui judiciaire (G.A.J.), toujours à Argenteuil, où je m'épanouis de jour en jour.

Le G.A.J. est un service d'investigation comprenant des enquêteurs OPJ assistés par des enquêteurs ayant la qualification d'agent de police judiciaire (APJ). Nous diligentons des enquêtes judiciaires, la plupart du temps, en flagrant délit, sur des faits allant du simple vol à l'étalage jusqu'à des affaires plus complexes, avec pluralité d'auteurs sur des trafics de stupéfiants ou des vols aggravés, par exemple. Nous nous occupons aussi des enquêtes décès, des mandats de justice et des exécutions de peines. Le G.A.J. est également le service où se trouve l'OPJ de permanence, à qui, les policiers sur le terrain rendent compte de tous faits pouvant déboucher sur une enquête judiciaire.

"

disponibilité, abnégation

"

Notre quotidien : auditions, placements en garde à vue, constatations sur le terrain, perquisitions, recherches, avis à magistrat, etc. Les qualités pour intégrer ce service sont : disponibilité, abnégation, qualité rédactionnelle, sens de l'organisation, curiosité, être capable de travailler dans l'urgence, être réactif et aimer le travail en équipe. Je vous en dirai plus dans mes prochains articles...

À très bientôt


3 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 3 commentaire(s) commenter
Afficher tous les commentaires

Antoine a dit :

mercredi 15 mars 2017 22:03:45

Concours gardien de la paix

Bonsoir,

Je suis actuellement en 2ème année de droit. J'ai beaucoup de mal à tenir le rythme par rapport aux connaissances théoriques de cette matière. J'aimerais m'inscrire également au concours de gardien de la paix mais je voulais savoir si la prépa policier est nécessaire?
Merci d'avance pour votre réponse.

Alexandre a dit :

lundi 25 avril 2016 00:13:14

Manque de connaissances?

Bonsoir,

Je commente avec pas mal de retard mais allons y tout de même.

Je suis depuis longtemps persuadé que ce domaine est fait pour moi, et j'ai une situation quelque peu similaire à celle que tu as traversée. J'ai un bac ES et je suis actuellement en première année de licence (je ne sais pas si j'irai au bout...). Bien que je sois motivé et que je pense avoir les qualités nécessaires, j'ai peur de manquer de connaissances "pratiques". Sais-tu si c'est vraiment rédhibitoire pour le concours de Gpx?

Désolé pour la longueur du post et merci d'avance

damien a dit :

lundi 04 juillet 2016 19:00:58

connaissances pratiques

Bonjour Alexandre.
Pour préparer le concours tu n'as pas besoin d'avoir de "connaissances pratiques" comme tu dis. Les épreuves du concours GPX sont basées avant tout sur de la culture générale, de la réflexion et du bon sens ainsi qu'une bonne préparation physique. Les bases du métier, tu les apprendra par la suite, en école de police, mais surtout sur le terrain ! Maintenant, cela ne t'empêche pas de prendre attache avec des collègues près de chez toi ou de lire, par exemple, des témoignages policiers à travers des livres. J'espère avoir pu t'éclairer.

L'équipe du blog a dit :

vendredi 27 mai 2016 11:45:59

Renseignement concours

Bonjour,
La motivation est importante, mais la préparation s'impose également, vous trouverez sur notre site la policenationalerecrute.fr le programme du concours de gardien de la paix, les annales des concours précédents et les informations utiles concernant ce concours.
Retrouvez le calendrier des concours.

Jean a dit :

lundi 25 janvier 2016 03:19:03

En attente de la suite

Hi,
Après lecture de ton premier billet, tu m'as apporté les renseignements dans l'ombre de mes questionnement. Ayant passé le concours Ads je suis dans l'attente des résultats de l'oral, mais mon objectif étant d'arriver professionnellement dans l'échelon auquel tu te trouves.

Dans l'attente d'une suite.
Mes salutations.

Damien a dit :

vendredi 08 avril 2016 09:49:57

Bonjour Jean.

Merci pour ton commentaire. Tant mieux si j'ai pu apporté des réponses à tes questions. J'espère que tes résultats à l'oral ont été positif. L'option de s'engager en tant qu'ADS est une bonne option pour découvrir le métier. Cela te permettra de découvrir la maison, de savoir si cette voie est faite pour toi, d'acquérir de l'expérience pour évoluer en passant le concours de Gardien de la Paix.


Déposer votre commentaire

  • happy
  • sad
  • wink
  • mad
  • ohnoes
  • oha
  • suspicious
  • happy

Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Damien Damien [2 billets]
Brigadier de police en groupe d'appui judiciaire

Par le même auteur


Le quotidien d’un enquêteur au groupe d’appui judiciaire (GAJ)

27 juin 2016

6H. Prise de service. Je prends les consignes des collègues du service de nuit, et regarde les affaires et les...