Un métier, une carrière, un avenir

La découverte de cadavre

16 août 2017
2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Bonjour à tous !

Je suis Officier de Police Judiciaire depuis février 2016 et l’une des prérogatives concernant cette fonction est l’enquête sur les recherches des causes de la mort.

Je vous explique :

personnel en combinaison blanche relevant des traces sur une scène de crime

Dès qu’il y a un décès, quel qu’il soit et où qu’il soit, ce décès doit être constaté par un médecin.

Deux choix s’offrent alors à lui : soit il établit que la mort est naturelle, soit il ne peut pas se prononcer et établit alors un certificat de décès avec « obstacle médico-légal ». En d’autres termes, il demande une autopsie.

C’est là que nous intervenons. La police intervient dans ce cas, uniquement pour savoir (et rechercher) s’il y a eu l’intervention d’une tierce personne dans la mort, en résumé, s’il s’agit d’un meurtre.

Une fois que la mort est constatée par le médecin, je me déplace sur les lieux et je commence mes constatations. Vérifier si la porte a été forcée, si les fenêtres sont fermées, prise de photos, recherche de pièces d’identité, de médicaments ou d’une ordonnance (afin d’avoir le nom du médecin pour pouvoir le contacter et connaître les antécédents médicaux du défunt), examen du corps en lui même... Je cherche d’éventuelles traces suspectes (bleus, trace de strangulation, de piqûre, plaie par arme blanche…) ainsi que des documents qui pourraient m’orienter sur sa famille.

"

Une fois que la mort est constatée par le médecin, je me déplace sur les lieux et je commence mes constatations.

"

En effet, certaines personnes décèdent à domicile sans que la famille soit sur place.

Mais il faut qu’à un moment où à un autre, on avertisse quelqu’un de ce décès afin que le corps puisse être rendu à la fin de l’enquête.

Une fois que tout est fait sur place, j’appelle le procureur de la République pour lui rendre compte de ce décès et d’après ce que j’ai trouvé, il maintient ou pas l’autopsie.

Dans ce cas, je dois assister à l’autopsie afin de renseigner le médecin légiste sur ce que j’ai pu apprendre sur le défunt (problème cardiaque, tabagisme, alcoolisme, position dans laquelle à été retrouvé le corps,…)

À la fin de cette séance, différents échantillons pris sur le corps sont placés sous scellé (par moi, donc, puisque je suis aussi là pour ça), afin que des analyses toxicologiques soient effectuées.

institut médico légal à Paris

Ces analyses, si les causes n’ont pas été découvertes lors de l’autopsie, pourront aider le médecin légiste dans son rapport final qu’il remettra au procureur. Mais l’essentiel à la fin de l’autopsie est de savoir si la mort est due à une intervention extérieure ou pas.

Quoi qu’il en soit, une fois l’autopsie terminée, j’appelle le procureur pour l’informer et savoir si le corps peut être rendu à la famille.

"

l’essentiel à la fin de l’autopsie est de savoir si la mort est due à une intervention extérieure ou pas...

"

Pour terminer, je reçois la famille afin de donner le résultat de l’autopsie et leur rendre les affaires du défunt.

Pour conclure, je dirais que le plus dur dans cette enquête est de pouvoir gérer la famille. En effet, elle ne peut pas voir son défunt avant la fin de l’enquête et pour les décès de personnes jeunes, voire d’enfants, leur incompréhension est tellement immense qu’il faut savoir prendre le temps de les écouter et les réconforter.


2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 2 commentaire(s) commenter
Afficher tous les commentaires

Marie Laure a dit :

lundi 08 janvier 2018 17:13:47

OPJ

Bonjour Caroline,
Merci pour cet article hyper intéressant. Je suis actuellement en attente pour passer les épreuves d'admission pour GPX.
J'avais une question pour vous car je souhaiterais, à la suite de la formation en école, travailler en PJ. Combien de temps après votre titularisation GPX, vous êtes devenue OPJ?

Caro a dit :

jeudi 11 janvier 2018 17:48:39

Bonjour Marie-Laure,

Pour ma part je suis devenu OPJ 8 ans après ma titularisation.
Tout dépend de la circonscription dans laquelle tu vas être affectée. Parfois il faut attendre d’intégrer un service d'enquête pour pouvoir aller à la formation et là encore, il faut attendre son tour happy. Ensuite c'est 5 mois intense de formation et là encore le délai de titularisation après réussite de l'examen diffère selon les régions mais c'est entre 2 mois et 8 mois après la réussite pour être nommé OPJ.
Si tu as d'autres question n’hésite pas!!
A bientôt et bonne chance pour le concours!

Obsidienne a dit :

jeudi 02 novembre 2017 11:34:56

Bonjour Caroline,

merci pour ces billets très intéressants happy

bientôt inscrite aux concours ASPTS, ce infos sur les OPJ sont bien appréciées !

Caro a dit :

vendredi 10 novembre 2017 10:13:33

Bonjour à toi!

C'est gentil de nous lire et d'essayer d'en savoir un peu plus sur ceux qui sont sur le terrain et avec lesquels (je te souhaite) tu vas pouvoir travailler!
A bientôt peut-être!


Déposer votre commentaire

  • happy
  • sad
  • wink
  • mad
  • ohnoes
  • oha
  • suspicious
  • happy

Les contributeurs actifs

Le blogueur


Caroline Caroline [8 billets]
Gardienne de la paix

Par le même auteur


Pas si bien sous tous rapports

30 mars 2017

Un dimanche, alors que j’étais de permanence, en fin d’après midi, mon responsable me demande d’entendre une...


Le voleur a des principes

24 janvier 2017

Il y a un mois environ, un homme de 67 ans et sans domicile fixe, se faisait interpeller, car il venait de casser la...


Les violences conjugales : mode d'emploi

24 novembre 2016

Bonjour à tous !Depuis quelques années, je suis référente « violences conjugales » au sein de mon...


Un témoin de dernière minute

11 octobre 2016

Août 2014, un homme est convoqué au service par une de mes collègues pour des violences conjugales.Il est...


Accident et délit routier

20 juin 2016

Durant un an, j’ai été affectée à la brigade accident et délit routier, histoire de changer d’air…Un jour...