Un métier, une carrière, un avenir

Le Spiderman cambrioleur

25 janvier 2016
2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Bonjour à tous,

Jeune policier, plein de fougue et d'envie, je me trouve dans une voiture de la BAC un soir avec mes collègues et nous sommes en train de patrouiller dans les rues du 18ème arrdt de Paris.

La station directrice nous avise d'un cambriolage en cours rue Lamarck... ni une, ni deux, la voiture de police arrache l'asphalte pour se hisser rue Lamarck. Forcément, bien avant d'arriver sur le lieu du cambriolage tu éteins le "deux-tons" pour ne pas alerter le ou les cambrioleurs.

Le cambriolage se situe sous les toits au 6 ème étage. Arrivé sur place, je rentre dans le hall de l'immeuble et j'écoute pour entendre d'éventuels bruits suspects. Rien ! Je monte les étages un à un, pour arriver au dernier. Au fond du couloir, une porte est ouverte.

"

je vois un individu prendre la fuite par la fenêtre

"

Je rentre dans l'appartement, avec mon collègue, arme au poing, je fais quelques pas et je vois un individu prendre la fuite par la fenêtre. Je rentre mon arme de service dans son étui tout en me mettant à la poursuite du cambrioleur. Je me hisse par la fenêtre et je me retrouve sur les toits de Paris, en train de poursuivre un cambrioleur.

L'humidité de la soirée rend les toits glissants et les tôles sont de vrais planches savonneuses. J'ai mon "cambrio" à vue à quelques dizaines de mètres devant moi, lui, il court comme un lapin de garenne, moi je marche rapidement en faisant attention à ne pas glisser pour ne pas me retrouver 30 mètres plus bas. Mais je sais que j'ai gagné d'avance, le toit de l'immeuble se termine quelques mètres plus loin.

Délinquants interpellés

Le cambrioleur arrive au bout du toit, il ne peut plus avancer car face au vide. En face de lui, à quelques mètres, le commencement d'un nouvel immeuble avec une échelle fixe qui est posée le long du mur verticalement, qui va du toit au sol.

Se sentant pris et me voyant arriver pour l'interpeller, l'individu par désespoir se jette dans le vide,.. avant de se rattraper d’extrême justesse à l'échelle qui se trouve à plusieurs mètres de lui, sur l'immeuble d'en face, (tel Tom Cruise dans Mission Impossible, sauf que là ce n'est pas du cinéma !!)

Le Spiderman cambrioleur redescend de l'immeuble par l'échelle à toute vitesse, comme l'homme araignée de Marvel.

J'hésite quelques instants à faire pareil, mais dès l'instant où je regarde en bas, je me suis vite dit que l'interpellation d'un cambrioleur ne nécessitait pas une prise de risque pareil.

Bien heureusement pour moi, j'apprends quelques instants après, par l'intermédiaire de ma radio, que mon collègue, chauffeur de la voiture, à qui j'ai demandé de rester dans le secteur, a interpellé le Spiderman cambrioleur, en bas de l'immeuble.

Une petite frayeur pour moi, mais une belle interpellation en prime, l'esprit d'équipe compte et doit toujours compter entre collègues de la même unité... surtout en BAC.

A bientôt.


2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 2 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

FrédéricP a dit :

mercredi 24 février 2016 09:41:49

Spiderman

Bonjour Nathan,

Nous n'avons pas d'instruction pour la prise de risque, chacun doit être capable de la mesurer, et puis, lors de la formation en École de Police, on nous apprend à être capable de discernement lors de nos missions.
A cela, j'ajoute l’expérience des plus "anciens" et du chef d'équipe.
Après comme tu le dis, nous ne sommes pas des "zorros", juste des hommes et des femmes qui tentons de faire notre métier au mieux. La peur existe, et heureusement, cela nous permet de ne pas faire n'importe quoi.

Sinon, point de réprimande par nos chefs, si nous n'avions pas interpellé le cambrioleur, juste nous qui auraient été dégoutés, rien de plus.

Merci à bientôt, Nathan.

Nathan a dit :

mercredi 10 février 2016 11:23:32

Prises de risque

Bonjour Frédéric,

Avez-vous des instructions par vos pairs pour jauger la prise de risque lors de vos missions ?
Votre part de décision semble importante... Si vous n' aviez pas réussi à interpeller l'individu, vous aurait-on réprimandé pour ne pas avoir sauté ?
Merci et bravo pour vos missions...

Nathan


Les contributeurs inactifs

Le blogueur


FrédéricP FrédéricP [9 billets]
Major de police – Brigade judiciaire

Par le même auteur


Mission “Harpie” en Guyane française

10 juillet 2017

Partis depuis quelques minutes, bien assis au fond de la pirogue métallique poussée par un moteur de 75 CV, nous...


Hôtel 18

7 juillet 2017

Nous recevons un appel de notre station directrice nous demandant de nous rendre dans un hôtel particulier pour une...


BLACK OIL

10 août 2016

Frontière Brésilienne, Guyane française,... St-Georges-de-l'Oyapock,3°53′19.91″N, 51°48′4.4″WBien qu'il...


OPE ORPI (opération orpaillage)

16 juin 2016

En qualité d'officier de police judiciaire (OPJ) de la police aux frontières (PAF) en Guyane française, nous avons...


Le salaire de la peur

21 avril 2016

Pour cet article, je vais vous parler de l’immigration clandestine en Guyane et plus précisément à St George de...