Un métier, une carrière, un avenir

Le métier de commissaire vu par une externe

27 avril 2012
19 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Pour ce troisième article je voulais aborder les relations internes externes. En en parlant avec certains collègues, j'ai constaté que les externes, aussi, avaient certaines appréhensions. Alors avant de vous faire partager mon point de vue, voici celui d'une collègue de la promo issue du concours externe. J'aurais l'occasion de vous faire partager ma propre expérience plus tard. Pour le moment, la parole est à Chloé :

Peux-tu te présenter ?
J'ai 24 ans et je suis issue du concours externe. J'ai suivi une formation en management en IEP. Depuis 5 ans je suis aussi réserviste dans l'armée de terre.

Pourquoi le métier de commissaire ?
C'est le gros cliché mais j'ai toujours rêvé de défendre les faibles. Petite, j'étais toujours consternée par l'injustice. Lors de mes études, j'ai remarqué que j'aimais prendre en charge les choses, orienter et décider. Je me suis alors tournée vers l'armée pour expérimenter ce côté de ma personnalité et me confronter à une structure hiérarchique rigide. Le choix de la police, et du métier de commissaire, s'est donc logiquement imposé.

Quelle vision du métier de commissaire as-tu ?
Ce que j'ai appris lors de mes expériences antérieures c'est que la fourniture des moyens opérationnels est une mission très valorisante : mettre à disposition des intervenants les meilleures conditions pour accomplir la mission et prendre à sa charge la responsabilité des défaillances, c'est usant mais hyper satisfaisant.

Tu as intégré l'institution policière depuis 8 mois. En tant qu'externe, est-ce que quelque chose t'a particulièrement frappé ?
Ce qui m'a frappée c'est l'a priori sur la compétence des externes : j'ai parfois eu le sentiment qu'en étant externe j'étais d'office incompétente. C'est assez étrange. Alors que finalement la compétence n'est heureusement pas strictement liée aux antécédents. C'était un peu comme mes premiers jours à l'armée en tant que réserviste : cette confusion entre la compétence et le sexe. Ce type de raccourci est tout à fait nuisible à l'administration en générale et à la police en particulier. Je ne souhaite pas en faire mon cheval de bataille, mais il importe de laisser à tout le monde l'opportunité de prouver sa valeur.

As-tu le sentiment que la tâche sera difficile ?
Oui, un peu. Je pense que je cumule plusieurs handicaps : je suis une femme, jeune, pas juriste de formation et blonde. Pour l'instant, je n'ai réussi qu'à me teindre les cheveux !

Et la formation à l'ENSP ?
Effectivement, beaucoup de travail est à accomplir pour arriver en poste avec les meilleurs outils, notamment juridiques. Mais j'ai aussi d'autres compétences assez peu présentes dans la promotion, ce qui valorise aussi mon profil. Notamment en matière de management puisque j'ai suivi ce cursus en IEP.

Que penses-tu de la formation professionnelle technique ?
C'est très concentré sur les deux premiers mois de la formation : on apprend les techniques d'intervention, de défense et d'interpellation. Il s'agit aussi d'appréhender l'armement et de passer l'habilitation SIG Sauer (l'arme individuelle) pour pouvoir exercer lors du premier stage. J'avais moi-même une expérience dans l'armement mais cette première approche est évidemment essentielle pour tous les policiers.

Appréhendais-tu ton premier stage ?
Non, j'avais trop hâte. D'être enfin policier, voir ce qu'est une intervention de l'intérieur, rouler avec le gyrophare et le deux-tons, porter l'uniforme, les menottes... enfin tout ce qui fait le métier. Tout ce qu'on voit à la télé. Je pense que l'on partage tous cet enthousiasme, qu'on soit gardien, officier ou commissaire. Même si on peut penser le contraire, quand j'ai choisi le métier de commissaire, j'ai surtout choisi d'être policier. Il est vrai qu'en passant le concours tu ne sais pas quelle est la réalité du métier, tu t'attends toujours à beaucoup de choses. Mais pour le moment, le bilan est très positif.

Tu as fait un stage de 2 mois, quel bilan peux-tu en faire ?
Que j'ai fait le bon choix. Je ne regrette pas d'avoir passé ce concours même si, du côté de certains commissaires il y a toujours le regret d'être écarté de l'action, d'être parfois accaparé par les tâches moins "glamour" comme la gestion administrative d'un service, sans aucun lien avec les effectifs. Je reste convaincue que c'est l'un des métiers les plus riches de la police par sa variété fonctionnelle. A la différence des autres corps, il est très facile de changer de direction opérationnelle, c'est même encouragé. Dans une carrière, on peut faire du judiciaire, de l'ordre public, du renseignement ; il n'y a pas de barrières aussi marquées que pour les autres corps... Et puis, le service du public c'est tellement enthousiasmant !

Quelle est ta vision des internes depuis ton entrée à l'école ?
Avant d'entrer, j'avais peur qu'il n'y ait pas d'interactions, que tout le monde reste de son côté. J'avais beaucoup parcouru les forums professionnels à la recherche d'informations n'ayant personne de proche dans la maison. Et je constatais un rejet assez constant du commissaire externe. Finalement, j'ai trouvé beaucoup de partage et même de demandes de la part des internes par rapport à des matières peut être plus universitaires. On partage nos expériences et tout le monde se retrouve autour de valeurs communes. Il n'y a en fait pas de distinction entre nous.

© DRCPN/SDFDC/DREC/MPRPC


19 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 19 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

Vincent a dit :

mardi 17 juillet 2012 11:12:57

Bonjour Eva,

Je reviens tardivement vers toi car je n'étais pas revenu sur le blog depuis mon dernier post (26 juin).
Oui, je serais ravi d'échanger avec toi à propos des éventuelles difficultés pour la prépa du concours, liées au fait que nous n'avons pas suivi un parcours en droit.
De mon côté, je viens de commencer une prépa avec le CNED notamment pour pallier mon manque de connaissances en droit durant l'été. A la rentrée, je compte suivre la prépa de l'IEJ de Paris II.
Sinon, as-tu eu des nouvelles de Chloé ?
N'hésite pas en tt cas, ça sera avec plaisir de discuter sur ce sujet.

Bien à toi.

Eva a dit :

jeudi 28 juin 2012 23:09:17

Cher Marwan,

Merci pour ta réponse rapide et positive. J'attends de vos nouvelles.
Vincent, on pourrait également en parler entre nous si on a le même profil..

Marwan a dit :

mercredi 27 juin 2012 10:46:49

Bonjour et vous.
Tout d'abord félicitations pour votre réussite.
Concernant votre demande, l'objet du blog est évidemment de transmettre toutes les informations relatives aux concours, dans un espace public. Je vais donc me renseigner auprés des personnes concernées.

Cordialement

Vincent a dit :

mardi 26 juin 2012 14:11:33

Bonjour Marwan,

Je partage la suggestion d'Eva. Ayant un principalement un parcours en Management et en Sciences Politiques (Relations Internationales), pensez-vous qu'il possible d'avoir le contact de Chloé pour échanger sur la préparation du concours lorsque l'on n'a pas du tout le profil d'un juriste ?

D'avance, merci de votre retour !
Vincent.

Eva a dit :

lundi 25 juin 2012 19:43:20

Bonjour,

Tout d'abord, merci cher Marwan pour vos articles. C'est toujours très sympathique de vous lire et de bénéficier de quelques retours d'expériences.

Je viens d'être diplômée de Sciences Po Paris.. mais je n'ai absolument pas le profil d'un juriste (diplômée en relations internationales, avec une spécialisation sur les Balkans..). Serait-il possible d'obtenir le contact de Chloé pour discuter avec elle de la préparation du concours: quelle est la meilleure préparation pour le concours, sur quels enseignements se concentrer au vu de notre profil Sc Po, est-il réaliste de vouloir passer ce concours alors qu'on n'a pas une formation avantageuse, etc?

Je vous remercie très sincèrement par avance.

Bien à vous,

E.

myst a dit :

vendredi 22 juin 2012 11:53:54

Bonjour Marwan et merci pour cet article.
Je suis actuellement étudiant en L3 de droit et souhaite m'orienter vers les carrières en police, plus spécialement commissaire (une douce utopie vu la sélectivité du concours) et officier (douce utopie encore une fois).

A votre avis, vaut-il mieux poursuivre dans un master en droit privé, du genre sciences criminelles ou professions judiciaires. Ou un master en droit public ?
J'ai cru comprendre que les master en droit public offraient davantage de préparation aux concours administratifs. Peut-être n'est-ce pas le bon choix pour embrasser une carrière dans la police ?

Je vous remercie de votre réponse et bon courage durant la scolarité à l'école de commissaire.

Marwan a dit :

jeudi 21 juin 2012 15:46:33

Bonjour Mich'

réflexions maintes fois entendues et qui ne reposent sur aucune réalité.
Soyez rassuré, je ne suis pas dans le secret du jury mais je ne pense pas qu'il tienne compte de ce genre de considérations. D'autant que votre carrière peut tout à fait ne pas être évoquée lors du grand oral.

Cordialement

Mich a dit :

jeudi 21 juin 2012 12:01:58

Bonjour Marwan,

Tout d'abord félicitations pour ton parcours.

J'ai tenté plusieurs fois ce concours sans le réussir et j'ai donc passé celui de GPX que j'ai obtenu car je voulais vraiment intégrer la police.
J'envisage donc de retenter le concours de commissaire en externe car je n'ai pas assez d'ancienneté.
Mais déjà j'entends des remarques du genre "on ne passe pas de GPX à commissaire, il faut passer par la case officier". J'avoue que je ne comprend pas trop ces remarques d'autant que j'ai les diplômes nécessaires et je ne vois pas en quoi je serais moins légitime qu'un externe classique.

Penses tu que les jurés raisonnent comme cela ou qu'ils pensent effectivement que passer de GPX à commissaire "ne se fait pas" et que je risque d'être pénalisé ?

Samira a dit :

vendredi 15 juin 2012 14:57:42

Bonjour Marwan,
j'aurai une question à vous posez s'il vous plait.
ma question est : quelle est la différence entre un policier et un gendarme ??
quand j'ai posé mon oral, on m'a demandé, : pourquoi avez vous passer le concour de police au lieu de gendarme?
je n'ai pas su répondre

mercii de votre réponse

cordialement !

lulu a dit :

vendredi 15 juin 2012 14:41:56

Merci Marwan pour ta réponse big-smile !!!!

Vincent a dit :

mercredi 06 juin 2012 19:25:50

Bonjour Marwan,

Je vous remercie vivement d'avoir répondu précisément à toutes mes questions !

Vos éléments de réponses m'aident réellement dans ma prise de décision.

A partir de vos remarques et de mes réflexions, je pense finalement m'inscrire à la préparation la plus exigeante (celle de Commissaire) et passer effectivement les 2 concours en 2013 (pour répondre à votre interrogation en 6/).

Concernant les instituts de préparation, j'avais également eu de bons échos de l'ISP.

Quant à mon interrogation à propos du concours de Gardien de la Paix, j'avais reçu les mêmes remarques lorsque j'avais évoqué cette possibilité à un Gardien de la Paix présent au stand de la Police Nationale à un salon de l'Emploi (il relevait également le problème de la dévalorisation de mon parcours et éventuellement un certain "risque" de ne pas être à l'aise - je prends compte de vos remarques. Dans tous les cas, je pense que seule l'envie d'exercer la fonction de Gardien de la Paix doit guider le choix de se présenter au concours et non pas une éventuelle crainte aux concours d'Officier ou de Commissaire).

Pour ce qui est du rythme de travail de la préparation, il m'apparaît difficile d'assurer un poste à plein temps effectivement. Je vais essayer de trouver une alternative pour réduire mon temps de travail l'année prochaine dans la mesure du possible.

Enfin, vous m'avez rassuré sur le fait qu'il n'y ait pas d'handicap particulier par rapport à mon âge et de mon appartenance au corps des Officiers de réserve de la Marine Nationale.

Je vous souhaite une très bonne continuation pour la suite de votre carrière et vous renouvelle mes remerciements pour vos réponses.

Bien cordialement,
Vincent.

Marwan a dit :

lundi 04 juin 2012 15:53:36

Bonjour Vincent,

1/ Le parcours universitaire: je n'ai pas suivi ce type de parcours. Pour autant, nombreux sont ceux qui sont passés par les prépas que vous évoquez (notamment ISP). Vu votre parcours, je ne pense pas que vous ayez de grandes difficultés pour assimiler le programme juridique en quelques mois. Votre choix m'apparaît donc judicieux car finalement, il ne vous reste que 2 matières à préparer en partant de rien (pénal et public), et encore vous êtes loin du néant !

2/ Je ne peux vous répondre sur le niveau des Ipag n'en ayant fréquenté qu'un seul. Comme écrit précédemment, l'ISP a de très bons résultats (une petite dizaine a suivi cette prépa dans notre promotion)

3/ 7/ Non, aucune inquiétude concernant l'âge ni vos antécédents "défense" (c'est aussi le service public)

4/ Si vous candidatez à l'externe, ce que j'ai compris, vous êtes en compétition avec des étudiants. Votre expérience est certainement un plus et sûrement pas un handicap.

5/ Je ne pense pas surtout si vous envisagez de le préparer en quelques mois. Après, c'est vraiment personnel, vous avez peut être une capacité de travail supérieure. Mais globalement, préparer un concours en travaillant à temps plein c'est compliqué.

6/ Vous avez 3 tentatives par concours. C'est-à-dire que vous pouvez tenter 3 fois l'externe et 3 fois l'interne. Intégrer la PN via le concours officier tout en passant celui de commissaire est jouable. Si vous échouez 3 fois mais que vous intégrez l'institution vous pourrez repasser 3 fois celui de commissaire en interne. Si le programme du concours change, les compteurs sont aussi remis à zéro.
Nous sommes en juin. Vous pouvez présenter le concours 2013, non ?
Personnellement, je n'avais volontairement pas passé celui d'officier la deuxième année pour ne pas avoir d'autre issue que la réussite. Certes, l'histoire aurait pu mal se finir et je ne peux mesurer l'impact du choix que j'ai fait à l'époque mais bon, choisissez ce qui vous convient le mieux: vous mettre la pression ou vous arranger une porte de sortie !

8/ Je vous le déconseille. De nombreux candidats font ce choix et je ne pense pas que cela soit opportun. D'une part car vous dévaloriseriez votre propre parcours, d'autre part en cas d'échec, aussi hypothétique soit-il, que feriez vous ? Enfin, globalement seriez-vous à l'aise ?

9/ un ouvrage de référence ? Non je ne pense pas. Vous êtes prof, vous savez ce qu'il vous faut !

J'espère vous avoir apporté quelques réponses qui ne sont que mon point de vue.
Je vous remercie en tout cas de l'intérêt que vous portez à notre institution et vous souhaite d'obtenir ce que vous désirez.

Cordialement

Vincent a dit :

mercredi 30 mai 2012 15:44:58

Bonjour Marwan,

Pour commencer, je vous félicite pour votre parcours admirable. Cela ne fait que renforcer l'envie de rejoindre les rangs de la Police Nationale !

Je me permets de vous contacter à propos des concours externes de commissaire et d'officier. En effet, j'ai récemment pris la décision de réorienter ma carrière professionnelle pour rejoindre la Police Nationale (étant actuellement dans la recherche et l'enseignement supérieur en management). Bien entendu, j'ai les deux éléments indispensables de départ avant de m'engager dans la voie du concours externe, à savoir une très forte motivation et une bonne capacité de travail.

Cependant, ayant conscience du très faible nombre de places pour ces 2 concours, je dois en même temps rester réaliste, sachant qu'un projet de reconversion professionnelle ne se prend pas à la légère. Par conséquent, j'aurais quelques questions à vous poser avant de foncer " tête baissée " dans ce projet de reconversion. Nul doute que vos réponses me permettront d'être pragmatique et d'optimiser ma stratégie de préparation à ces concours. Je vais essayer de catégoriser mes questions que je me pose actuellement :

1-Concernant mon parcours universitaire :

Je suis titulaire d'un Master 2 en Management (spécialité : Intelligence Economique) et d'un Master 2 en Sciences Politiques (spécialité : Relations Internationales), mais je n'ai jamais fait de droit.
Ma question : est-il préférable pour moi, voire nécessaire, d'effectuer une Licence 3 (par exemple : Licence Administration Publique, etc.) ou, si j'ai la possibilité par équivalence, un Master 1 de droit (par exemple Sciences criminelles et Carrières juridiques) avant de commencer la préparation au concours de Commissaire et/ou d'Officier de police ? (notamment pour acquérir les méthodes et raisonnement spécifiques en sciences juridiques). Autrement dit, est-il réaliste d'acquérir les connaissances/méthodes juridiques exigées pour le concours de Commissaire et/ou d'Officier durant les quelques mois de préparation (entre septembre et février) en étant novice en droit ?

Ou bien, me conseillez-vous de m'inscrire dès maintenant à une préparation spécifique à ces 2 concours, et de concentrer mes efforts sur les épreuves de droit pénal/procédure pénale (+ droit public pour Commissaire) €“ en plus des autres épreuves à préparer (dissertation de culture générale, etc.)? En effet, en regardant l'ensemble des épreuves à ces 2 concours, je constate qu'il n'y a pas uniquement des épreuves de droit et qu'il m'apparait donc possible d'être potentiellement plus à l'aise sur les autres matières obligatoires à option (notamment en économie, histoire, géographie humaine). Je me dis qu'il n'est peut-être pas nécessaire de connaître tout le contenu universitaire en droit, mais de connaître essentiellement les connaissances juridiques exigées à ces concours. Qu'en pensez-vous ?

2-Concernant les organismes/instituts de préparation à ces concours :

Avez-vous, à tout hasard, des recommandations sur les meilleurs instituts de préparation à ces concours ?
Par exemple, j'hésite entre l'IPAG (Institut de Préparation à l'Administration Générale) de Paris et l'IEJ (Institut d'Etudes Judiciaires) de Paris ou de Lyon ? Ou bien encore une prépa privée telle que l'ISP (Institut Supérieur de Préparation) ? Qu'en-est-il de votre expérience ? Par quel biais vous étiez-vous préparé ? Avez-vous eu des échos par vos collègues à l'ENSP (notamment des externes) de leurs instituts de préparation ? Dans tous les cas, je suppose qu'une prépa personnelle à distance (par le CNED) doit être plus difficile dans la mesure où l'on est seul, sans dynamique de promo, et sans feedback direct des galops d'essais aux épreuves, etc.

3-Concernant mon âge :

Je viens d'avoir 30 ans. Je sais que les conditions de recrutement précisent que les candidats doivent être âgés de 35 ans au plus au 1er janvier de l'année du concours. Toutefois, je me demande simplement si ce n'est pas seulement qu'une règle " théorique sur le papier ". En ce sens, y-a-t-il en réalité, selon vous, un quelconque handicap par rapport à mon âge et mon parcours (sans avoir fait droit) ? €“ je pense notamment à des candidats plus jeunes de 23-24 ans ayant fait un parcours classique en droit ?
Autrement dit, y-a-t-il des " profils types " recherchés en particulier par les membres du jury ? (il serait en effet très dommage de préparer sérieusement le concours en étant " handicapé " dès le départ par l'âge sans le savoir).

4-Concernant mon expérience professionnelle :

Est-ce-que l'expérience professionnelle a un rôle majeur dans la sélection du recrutement ? Dans mon cas, par exemple, je n'ai pas encore été amené à diriger une équipe, est-ce préjudiciable pour ma candidature vu mon âge (j'ai de l'expérience en tant qu'enseignant en école de commerce €“ certes je " manage " des étudiants âgés entre 21 et 26 ans-, et d'analyste chargé de veille stratégique pour le compte de grandes entreprises en cabinet de conseil)?

5-Temps/Rythme de la préparation au concours :

La préparation nécessite-t-elle une préparation à plein temps ou bien peut-elle se conjuguer avec un job de cadre à plein temps ? (par conséquent, préparation le soir en semaine + les weekends).
Qu'en était-il de votre côté ? Aviez-vous bénéficié de congés de formation pour préparer le concours, ou bien travailliez-vous les soirs et weekends les épreuves ?

6 - Nombre de fois autorisé pour passer les concours :

Dans la mesure où le concours de Commissaire de police est limité à 3 participations et qu'il n'y a pas de limite pour le concours d'Officier, et vu la forte sélectivité à ces 2 concours €“ particulièrement pour celui de Commissaire €“ me conseilleriez-vous de me concentrer sur celui d'Officier pour augmenter mes chances d'intégrer la Police Nationale à l'issue de ma 1ère ou 2ème tentative (au concours d'Officier) ? En effet, en cas d'échec la 1ère fois voire la 2ème fois au concours d'Officier, je pourrai repasser celui d'Officier où je serai déjà bien préparé, et passer en plus celui de Commissaire de Police ?
Ou bien tenteriez-vous le concours de Commissaire dès la prochaine session malgré mon handicap de connaissances en droit actuellement ?

7- Appartenance à la réserve opérationnelle de la Marine Nationale

Dernière interrogation : je suis Officier de réserve à la Marine Nationale depuis 2 ans. J'ai effectué quelques missions ponctuelles pour le Ministère de la Défense. Pensez-vous que cela puisse porter préjudice à ma candidature, et dans ce cas, faut-il mieux ne pas préciser ce type de mission dans mon CV pour le jury d'admission ? Je me pose cette question si, par hasard, il y a une quelconque mésestime entre les fonctionnaires du Ministère de la Défense et ceux du Ministère de l'Intérieur. Quel est votre sentiment ?

8 - En étant titulaire de 2 Master II, pensez-vous pertinent de passer le concours de gardien de la paix (pour augmenter mes chances d'intégrer le plus rapidement la Police Nationale et ensuite passer les concours en interne) ?

En discutant de mon parcours à un de vos collègues (Gardien de la paix) dernièrement, il m'a déconseillé de me présenter à ce concours (trop diplômé selon lui, ce qui ne sera pas forcément bien perçu par le jury). Quel est votre sentiment ?


9-Ouvrages de référence pour la préparation des concours :

Bien entendu, j'ai déjà sélectionné des ouvrages de préparation à travers mes recherches. C'est juste pour m'assurer que je ne suis pas passé à côté d'un ouvrage " incontournable ". Si vous pensez à un/des ouvrages en particulier, n'hésitez pas à me le/les communiquer.


--
Je suis désolé pour ce long questionnaire (vous pouvez reprendre mon message et répondre à la suite de mes questions pour vous faciliter la tâche), il est le reflet de mes longs tâtonnements ces jours-ci. Si je sens dans vos éléments de réponses que je ne pars pas avec un réel handicap majeur (par rapport à mon âge, ma formation universitaire, et mon expérience professionnelle), je peux vous garantir que je vais me mettre à fond pour préparer au mieux les 2 concours (ou au moins celui d'officier), et commencer dès que possible.

D'avance, je vous remercie très sincèrement de votre considération.

Respectueusement,

Vincent.

Marwan a dit :

mardi 29 mai 2012 08:10:49

Bonjour,
effectivement Seb, il est préférable d'avoir un cursus juridique. Cependant, le parcours de Chloé démontre que ce n'est pas indispensable. On vous dira vraisemblablement que votre parcours ne vous oriente pas vers ce type de concours mais rien n'est figé. Il faudra, par contre, être très performant dans les autres matières pour compenser vos eventuelles défaillances en droit.

Lulu, le concours de gardien de la paix est aujourd'hui très sélectif. Certains préfèrent entrer comme Ads afin de bénéficier des passerelles internes. C'est aussi un des meilleurs moyens pour découvrir un métier tout de même particulier.

Cordialement

Seb a dit :

lundi 28 mai 2012 21:25:23

Bonsoir,

Votre entrevue avec une externe, issue d'un cursus différent du droit me conforte.
Ma grande question est peut-on réussir le concours de commissaire de police avec un cursus universitaire totalement différent du master de droit ?
Je suis étudiant en économie et gestion mais le métier de policier m'attire depuis toujours. Le niveau du concours de commissaire est très élevé et notamment en droit !

Merci pour vos articles très intéressant,

Cordialement

lulu a dit :

dimanche 27 mai 2012 11:43:58

salut, j'ai une question, auquel personne ne me répond, pk est ce que les gens passe par ADS au lieu de GPX sachant qu'il ont le bac

trouve moi des réponses stp merci

Marwan a dit :

mercredi 16 mai 2012 12:31:57

Bonjour Mysterious et Luci.
Nous sommes heureux d'avoir répondu à certaines interrogations.
En espérant être toujours pertinent.

Cordialement

luci a dit :

mardi 15 mai 2012 18:50:22

MERCI DE CET ARTICLE

mysterious a dit :

vendredi 27 avril 2012 11:23:04

Bonjour,

Merci pour cette jolie entrevue. C'est bien pensé et cela viendra certainement calmer les appréhensions des lauréats aux concours externes.
J'espère très vite faire partie de ces lauréats, encore 3 années d'étude devant moi, autant de préparation et qui sait je vous rejoindrai...

Bon courage pour la suite


Numéro vert 0800 22 0800

Agenda des événements recrutement

L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Voir tous les évènements

Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Marwan Marwan [11 billets]
Commissaire de police en commissariat

Par le même auteur


Jury de concours

19 juin 2014

Après avoir réussi l'épreuve écrite, les candidats à l'emploi d'adjoint de sécurité (ADS) passent l'épreuve...


Un démon au paradis

30 juillet 2013

Depuis quelques jours je suis sur mon poste. Je suis encore stagiaire et mon prédécesseur toujours en poste : c'est...


Officier...du Ministère Public

14 juin 2013

Ma scolarité touche à sa fin comme la dernière période de stage commencée il y a deux mois. Ce stage, dit «...


Épreuves finales et classement

2 avril 2013

Dans quelques jours, nous allons choisir notre poste. Cela conclura la scolarité avant de partir pour notre dernier...


Dernier stage en directions spécialisées

25 février 2013

La scolarité de commissaire de police s'articule autour de 4 périodes de stages. Les deux premières concernent la...