Un métier, une carrière, un avenir

Le salaire de la peur

21 avril 2016
2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Pour cet article, je vais vous parler de l’immigration clandestine en Guyane et plus précisément à St George de l'Oyapock, à l’est de la Guyane, à la frontière avec le Brésil.

La mission de la police aux frontières est de lutter efficacement contre l’immigration clandestine. Ici, il n’est pas rare de croiser des Haïtiens, qui fuient leur pays pour rejoindre Cayenne et espérer une vie meilleure.

Ils quittent Haïti pour le Venezuela, puis passent au Brésil ou au Suriname, où ils obtiennent le statut de réfugiés avant de venir à Oyapoque (ville à la frontière du Brésil et de la France), pour traverser le fleuve et tenter leur chance en terre française.

Les « passeurs » négocient le prix entre 400 à 600 euros pour un passage vers Cayenne.

©frédéric/P

Généralement, ils embarquent à une dizaine dans une pirogue la nuit côté Brésil, traversent le fleuve pour tenter leur chance en territoire français et là, une longue nuit commence à déjouer les forces de l’ordre aussi bien, police que gendarmerie, afin d’atteindre le but final, « Cayenne ». Je ne divulguerais pas les méthodes employées ici, mais elles sont nombreuses, inventives et souvent dangereuses. Faut dire que la nuit en jungle, tous les reptiles sortent pour se nourrir, cela promet de belles rencontres, quelques fois mortelles.

Sachant qu’un passage de dix clandestins peut durer quelques heures, pour rapporter de 4 à 6 000 euros en moyenne, les tentations sont grandes pour ces personnes, mais les risques aussi.

La détresse humaine n’a pas de prix et certains en profitent allègrement.

Maintenant notre rôle est de lutter efficacement contre le trafic et ces filières qui exploitent la détresse humaine.

Le salaire de la peur, le salaire du passeur !


2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 2 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

L'équipe du blog a dit :

vendredi 09 décembre 2016 14:00:39

Remerciements

Bonjour,
Merci de l'intérêt que vous portez aux articles du blog.

Bien cordialement

syl a dit :

jeudi 21 avril 2016 15:44:28

Le salaire de la peur

Bravo !!!!! Belle description de la situation vécue.....


Les contributeurs inactifs

Le blogueur


FrédéricP FrédéricP [9 billets]
Major de police – Brigade judiciaire

Par le même auteur


Mission “Harpie” en Guyane française

10 juillet 2017

Partis depuis quelques minutes, bien assis au fond de la pirogue métallique poussée par un moteur de 75 CV, nous...


Hôtel 18

7 juillet 2017

Nous recevons un appel de notre station directrice nous demandant de nous rendre dans un hôtel particulier pour une...


BLACK OIL

10 août 2016

Frontière Brésilienne, Guyane française,... St-Georges-de-l'Oyapock,3°53′19.91″N, 51°48′4.4″WBien qu'il...


OPE ORPI (opération orpaillage)

16 juin 2016

En qualité d'officier de police judiciaire (OPJ) de la police aux frontières (PAF) en Guyane française, nous avons...


OR NATIF

7 avril 2016

En fin d'année dernière, j'ai participé à une mission de lutte contre l'orpaillage illégal en Guyane, du côté...