Un métier, une carrière, un avenir

Mission “Harpie” en Guyane française

10 juillet 2017
0 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


jungle guyanaise

Partis depuis quelques minutes, bien assis au fond de la pirogue métallique poussée par un moteur de 75 CV, nous voilà en route pour une mission « harpie » au cœur de la Guyane, à la frontière avec le Brésil. La légion étrangère nous accompagne dans cette mission car selon nos informations nous savons que certains "garimperos" (chercheurs d’or brésiliens) seraient munis d’armes automatiques et montés sur des quads pour assurer la protection de leur site illégal.

Il est 18 h, la nuit tombe rapidement. Nous partons, pour 3h de pirogue, remonter le fleuve Oyapock, équipés d'une tenue de type militaire avec insigne Police, gilet pare-balles, armes individuelles, fap (fusils à pompe), sac à dos, camouflage et rations pour vivre en jungle pendant 3 jours...

Arrivés à destination, il nous reste encore 3 heures de marche de nuit dans la jungle équatoriale où l’humidité frôle les 100 % et où la pluie est omniprésente.

Campement illicite

3h du matin : arrivée à 300 m de l'objectif...

"

...il nous reste encore 3 heures de marche de nuit dans la jungle équatoriale...

"

Nous nous allongeons, à même le sol, pour nous reposer en attendant que le jour se lève et que nous donnions l'assaut sur le camp d'orpaillage.

5h30 du matin : le site est investi.

destruction d'un campement illégal

Nous remarquons l'énorme trou creusé pour la recherche de l'or, les tables de levée, les corps de pompe, enfin tout le nécessaire pour l'extraction de l'or de Guyane qui défigure et pollue la jungle et les fleuves. Sur place, nous procédons à l'interpellation d'une dizaine de garimperos et à la saisie d'or natif. Tout le matériel découvert est cassé, détruit et les carbets (habitations en bois) brûlés. Le but étant d'empêcher la réinstallation sur le site. Quant aux individus interpellés, ils sont renvoyés à Saint-Georges pour traitement de procédures judiciaires, pour les délits "d'exploitation d'une mine sans titre" et "détention d'or natif"...

Nous restons encore 2 jours en jungle à prospecter d'autres sites. La lutte contre l'orpaillage clandestin continue...


0 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 0 commentaire(s) commenter

Déposer votre commentaire

  • happy
  • sad
  • wink
  • mad
  • ohnoes
  • oha
  • suspicious
  • happy

Les contributeurs actifs

Le blogueur


FrédéricP FrédéricP [9 billets]
Major de police – Brigade judiciaire

Par le même auteur


Hôtel 18

7 juillet 2017

Nous recevons un appel de notre station directrice nous demandant de nous rendre dans un hôtel particulier pour une...


BLACK OIL

10 août 2016

Frontière Brésilienne, Guyane française,... St-Georges-de-l'Oyapock,3°53′19.91″N, 51°48′4.4″WBien qu'il...


OPE ORPI (opération orpaillage)

16 juin 2016

En qualité d'officier de police judiciaire (OPJ) de la police aux frontières (PAF) en Guyane française, nous avons...


Le salaire de la peur

21 avril 2016

Pour cet article, je vais vous parler de l’immigration clandestine en Guyane et plus précisément à St George de...


OR NATIF

7 avril 2016

En fin d'année dernière, j'ai participé à une mission de lutte contre l'orpaillage illégal en Guyane, du côté...