Un métier, une carrière, un avenir

Officier...du Ministère Public

1 août 2013
8 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


palais de justice

Ma scolarité touche à sa fin comme la dernière période de stage commencée il y a deux mois. Ce stage, dit « cousin », nous permet de mettre en pratique nos compétences sur un poste équivalent à celui que nous avons choisi il y a quelques semaines. En effet, les attributions sont différentes d’un poste à l’autre : en fonction de la taille de la circonscription ou du service d’affectation, certains seront chef, d’autres adjoint. En ce qui me concerne, c’est un poste d’adjoint dans une ville moyenne avec une problématique de délinquance estivale. A l’occasion de cette période, j’ai eu l’occasion de constater à quel point le métier de commissaire pouvait être varié et prenant. Mais il y avait une tâche à laquelle je n’avais pas pensé : celle d’officier du Ministère Public (O.M.P.). L’organisation judiciaire a créé, en 2003, les juridictions de proximité composées d’un juge unique : le juge de proximité. Ils sont recrutés à titre temporaire pour juger les affaires les moins graves. Dans ces juridictions, le commissaire de police est chargé de représenter le ministère public. Autrement dit, le commissaire remplit le rôle du procureur et est chargé de représenter l’intérêt public en requérant la relaxe ou les peines contre les auteurs d’infractions cités devant la juridiction. La majorité des affaires concernent des infractions au code de la route mais ce n’est pas limitatif puisque la juridiction est compétente pour l’ensemble des contraventions des 4 premières classes. Dans quelques semaines, je devrai donc, moi aussi, remplir ce rôle.
 Aujourd’hui, je suis spectateur. Je me rends, en compagnie de l’officier du ministère public, à l’audience au cours de laquelle une trentaine de dossiers vont être évoqués. Le plus souvent, les gens ont contesté les infractions et se retrouvent devant le juge pour faire entendre leur point de vue. Parfois, un complément d’informations est nécessaire et les gens sont cités pour être entendus par la juridiction. Les dossiers s’enchaînent : des infractions à la législation sur les taxis, stationnement irrégulier, non acquittement du titre de transport, chargement irrégulier d’un engin de chantier, des denrées périmées dans un restaurant, des ivresses publiques et manifestes. Les auteurs présumés se suivent à la barre pour se justifier de leur comportement, apporter des éléments nouveaux ou faire part de leur bonne foi. Le dernier dossier est appelé. Il s’agit d’un petit excès de vitesse, +1km/h. Le propriétaire de la voiture se présente. Il décline son identité complète et nous déclare qu’il est bien le propriétaire de la voiture flashée. Il est grand, dégarni et arbore un magnifique bouc. Le juge lui demande s’il était le conducteur de la voiture le jour où elle a été flashée. Sa réponse est sans équivoque : «Madame la Présidente, ce n’était pas moi ». « Avez-vous des éléments à l’appui de vos déclarations ? Une attestation de votre employeur, un certificat d’hospitalisation ? ». Il arrive effectivement que les gens ne soient pas le conducteur. Dans ce cas, il n’y a aucune raison de les punir pour une infraction qu’ils n’ont pas commise. C’est évidemment le principe d’une justice équitable. « Non, Madame la Présidente. Mais je vous assure, c’était ma mère qui conduisait ». « Ah ? ». La Présidente et sa greffière esquissent un léger sourire. Je suis intrigué, comme l’auteur présumé d’ailleurs. La Présidente insiste : « Vous êtes certain, ce n’était pas vous ? ». « Oui Madame, je vous le jure, ce n’était pas moi ». Je commence à sentir cet homme chanceler dans une salle d’audience désormais totalement vide.
Dans un silence parfait, la Présidente parcourt le dossier tranquillement. L’atmosphère s’alourdit à mesure qu’elle passe de page en page. Je sens le contrevenant, sûr de lui depuis le début, commencer à s’affaisser. La Présidente semble parvenir à la page recherchée. Elle lance un regard complice à sa greffière, partage un sourire satisfait avec l’officier du ministère public assis à ses côtés et expose deux photographies. Nous reconnaissons tous immédiatement le conducteur au volant de la voiture incriminée : notre contrevenant, avec son bouc toujours aussi bien taillé. J’ai envie de rire mais je me retiens. Confondu, il ne sait plus quoi dire. Pris sur le fait comme un enfant, ses yeux commencent à briller. La juridiction ne fait pas de triomphalisme pour autant. La Présidente repose la même question : « Etiez-vous le conducteur le jour de l’excès de vitesse ? ». Dans un murmure nous percevons un oui !


8 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 8 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

Marwan a dit :

mardi 30 juillet 2013 07:30:00

Marwan a dit:

Bonjour Lolo80,
je ne peux malheureusement vous conseiller d’ouvrage n’en ayant jamais utilisé pour cette épreuve. Mais votre démarche est essentielle: il faut vous préparer sérieusement pour espérer réussir.
Bon courage.

lolo80 a dit :

mardi 09 juillet 2013 11:16:00

Bonjour Marwan,

Félicitations pour votre parcours exemplaire. Je suis gardien de la Paix et je souhaite me présenter au tests de sélection cycle long. Pourriez vous m’indiquer une bonne préparation concernant l’épreuve du commentaire de texte. A ce jour, je n’ai trouvé qu’un fascicule du CNED qui prépare également au résumé de texte et à l’étude de texte ?
Merci pour votre réponse.
Cordialement

Marwan a dit :

lundi 08 juillet 2013 17:28:00

Bonjour,

Kamila: merci pour vos encouragements qu’un grand nombre de policiers recevront avec autant de plaisir que moi.
Hey5645: comme je l’ai déjà écrit dans un autre article, je ne peux que vous conseiller d’être patient et d’attendre la réponse officielle de nos services. Je ne peux me prononcer par anticipation.

Guillaume: la CRS vient juste d’arriver pour cet été; … oui … que de souvenirs !

Cordialement !

Hey5645 a dit :

mardi 02 juillet 2013 09:00:00

Bonjour à vous Marwan,

avant toute chose, félicitations pour vos réussites. Merci beaucoup pour ces articles qui nous font encore plus aimer les métiers de la Police Nationale!

___________

Étant donné que vous avez beaucoup d’expérience au sien de la Police, j’aimerais vous poser une question:

-Lors de l’enquête de moralité (cf. concours de Gardien de la Paix,etc…), si un membre de notre famille proche (père,mère,frère ou sœur) ont fait des actes graves (aux yeux de la Justice),
cela peut-il me porter préjudice? Surtout si moi je n’ai absolument rien fait (aucun casier judiciaire,etc…)?

En conclusion: Si moi je n’ai rien à me reprocher, mais quelqu’un de ma famille a fait des actes très graves, cela pourra t-il me porter préjudice?

___________________________________

En vous remerciant d’avance,
je vous souhaite une très bonne continuation!

Hey5645

gui a dit :

dimanche 30 juin 2013 12:27:00

Salut Marwan,

Felicitation pour ton affectation… Ca te rapellera des souvenirs!!

Bonne continuation.

Guillaume C. ( ancien collegue de la 1 à la 46).

Kamila a dit :

vendredi 28 juin 2013 16:10:00

Bonjour Marwan,

Mille mercis de nous avoir fait partager ton expérience point par point, les détails font que je vivais et ressentais presque chacune des situations.

Ne sois pas très deçu de ton affectation, tu es un homme de terrain et tu le retrouvera bien vite.

Nous CONCITOYENS FRANCAIS, AVONS BESOIN DE POLICIERS TEL QUE TOI, tu m’as l’air d’avoir toutes les qualités requises exigées pour ce métier, à savoir :
- Intégrité,
- Loyauté,
- Exemplarité,
- Impartialité,
- Dignité.

Bonne continuation à toi.
Mes respects Monsieur Le Commissaire.

Marwan a dit :

dimanche 23 juin 2013 16:52:00

Bonjour Lami’

Merci pour votre commentaire et vos félicitations.

Cordialement

Lamikaouette a dit :

jeudi 20 juin 2013 16:31:00

Bonjour Marwan.

Je viens de lire vos articles et je voulais juste vous féliciter pour toutes vos réussites. La préparation, le concours et la scolarité ont dû être des moments particulièrement éprouvants pour vous et votre famille (ayant été l’enfant d’un étudiant « tardif » du Conservatoire National des Arts et Métiers » à la poursuite de ses rêves, je sais ce que cela implique pour une famille).
Donc bravo, bravo et bravo!

Cette petite anecdote en audience a dû vous sembler rafraichissante après tous ces efforts^^

Bonne continuation!


Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Marwan Marwan [11 billets]
Commissaire de police en commissariat

Par le même auteur


Jury de concours

19 juin 2014

Après avoir réussi l'épreuve écrite, les candidats à l'emploi d'adjoint de sécurité (ADS) passent l'épreuve...


Un démon au paradis

30 juillet 2013

Depuis quelques jours je suis sur mon poste. Je suis encore stagiaire et mon prédécesseur toujours en poste : c'est...


Épreuves finales et classement

2 avril 2013

Dans quelques jours, nous allons choisir notre poste. Cela conclura la scolarité avant de partir pour notre dernier...


Dernier stage en directions spécialisées

25 février 2013

La scolarité de commissaire de police s'articule autour de 4 périodes de stages. Les deux premières concernent la...


Stage de maintien de l'ordre à Oissel

31 octobre 2012

Depuis une semaine, je suis à l'École Nationale de Police de Oissel, petite ville de Normandie à la périphérie...