Un métier, une carrière, un avenir

Plus qu’un métier, une vocation

24 mars 2016
2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Rejoindre la Police nationale est une réelle vocation, laquelle me suit depuis mes 11 ans. Mon parcours scolaire s’est donc tout naturellement orienté, après un BAC économique et social, vers l’université de droit jusqu’en deuxième année. Visant à l’origine le concours de lieutenant de police, la réussite de celui de gardien de la paix m’a fait entrer dans l’administration par « la petite porte » en 2005.

Je ne regrette absolument pas ce choix, ces dix années m’ayant offert une expérience que le cursus universitaire n’aurait pu me faire entrevoir. Si le métier a répondu à mes attentes dans les surprises qu’il vous réserve au quotidien, dans le sentiment d’utilité qu’il procure par l’assistance apportée aux citoyens, il m’a aussi permis d’évoluer en m’offrant un regard sur l’humain et la société, en regardant cette dernière dans ses coulisses comme peu de métiers le permettent.

Gardien de la paix

Affecté dans le 93 en sortie d’école (à ma demande, étant originaire de la région parisienne et désireux de me plonger dans le vif du sujet), j’y ai passé dix années en brigade de police secours ou je suis encore en activité avec le grade de brigadier (suite à la réussite d’un examen interne).

Si le métier de policier est palpitant, il demande aussi une disponibilité amenant à des concessions personnelles, vous confronte à une réalité parfois dure et amère, et peu drainer votre énergie au fil des expériences. Mais ce qu’il apporte en satisfaction personnelle, ce « sel de la vie » qu’offrent la voie publique et ses rencontres, cette « aventure quotidienne » unique qu’il permet de vivre compense largement les efforts demandés.

J’espère donc vous transmettre cette étincelle, cette « lumière bleue » qui m’accompagne en patrouille, en faisant de vous les spectateurs d’interventions et de situations du quotidien.

Pour citer avec le sourire un dicton de la maison Police : « le quotidien du policier est l’extraordinaire du citoyen », et des choses à raconter, il y en a !

A bientôt !


2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 2 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

Nicolas a dit :

mercredi 20 juillet 2016 23:00:52

Gpx à Paris

Bonjour
Actuellement Gav j'ai réussi les concours de sous officier de gendarmerie et de gardien de la paix (interne IDF).
En faisant le pour et le contre des deux maisons, avec ma compagne, on s'est rendu compte que la vie en région parisienne nous amène de nombreuses questions. Du genre comment se loger, les loyers ? Être policier et habiter dans certains endroits n'est il pas dangereux ?
Peut être pouvez vous me donner vos avis à ce sujet ?

jérémy a dit :

vendredi 22 juillet 2016 16:39:22

Quelques réponses

Bonjour,

tout d'abord, félicitation pour le deux concours!

La question est intéressante et la réponse peut varier d'un collègue à un autre, il y'a cependant quelques constantes.

Les jeunes policiers arrivant de province en ile de France ne réagissent pas de la même manière, selon leur attachement familial et géographique à la province, selon leur habitude de vivre dans une grande ville ou en campagne.
Cependant, la région parisienne offre de nombreuses possibilités.

Le choix peut être fait, au prix d'un temps de trajet un peu plus élevé pour aller travailler, d'habiter en grande couronne (seine et marne par exemple), il y'a la des zones rurales très agréables et calmes, avec des loyers ou prix d'achats plus raisonnables.

D'autres préféreront au contraire louer dans paris même ou en petite couronne, afin d'aller travailler rapidement, mais aussi de vivre au plus près l'effervescence de la vie parisienne (culturelle, sociale...)

Tout est donc une question de choix de vie mais une chose est certaine, les prix des loyers sont plus élevés qu'en province (actuellement beaucoup de jeunes collègues préfèrent acheter dès leur arrivée, a la faveur de taux d'emprunts assez bas).

Pour la question de la sécurité, les fonctionnaires habitent très rarement dans la ville ou ils travaillent, et la région parisienne est assez grande pour se fondre ensuite dans la masse des habitants. Il y'a bien entendu quelques zones ou nous évitons de nous installer, mais c'est plus du bon sens que de réelles recommandations que je pourrais vous donner la.

Sans connaitre paris et ses environs, tout le monde s'y fait rapidement des amis, se crée ses habitudes, et la région n'est pas plus inhospitalière qu'une autre, tout au plus nécessite t-elle un temps d'adaptabilité pour les amoureux de la campagne happy

La vraie question est peut être plutôt de savoir quel travail faire dans son métier, les choses sont certes moins calmes en région parisienne, mais on y apprend généralement plus vite et la progression de carrière est également plus rapide.le vrai choix devrait pour vous être de trancher entre gendarmerie et police, les questions géographiques étant importantes, certes, mais ne durant qu'un temps.

Emy a dit :

dimanche 08 mai 2016 17:24:58

Merci pour ce commentaire, qui motive et donne encore plus envie de rejoindre "la maison Police", pour ma part j'ai réussi le concours à l'écrit, je prépare assidûment l'oral, vous lire me permet d'approfondir de ce qu'est le métier de policier.

Cordialement.

jérémy a dit :

vendredi 22 juillet 2016 16:26:17

et ce concours?


Merci pour ce commentaire.

Quelle nouvelle du concours alors?


Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Jérémy Jérémy [5 billets]
Brigadier à la brigade de police secours

Par le même auteur


Montée d’adrénaline

15 février 2017

La matinée est calme. La radio crépite et nous annonce plusieurs individus armés dans les parties communes d’un...


Les habitués - Episode 2

1 décembre 2016

Il y a aussi les habitués pénibles… alcooliques, ramassés régulièrement en ivresse publique et manifeste....


Les habitués - Episode 1

24 novembre 2016

Lorsque l’on travaille sur la voie publique, une chose importante est de connaître son territoire et la population...


Le colosse

7 septembre 2016

Voici une petite anecdote sur les hauts et les bas du genre humain.Il y a de cela quelques années, je profitais...