Un métier, une carrière, un avenir

Quand certains s'en sortent...

13 octobre 2017
0 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Lin est un pensionnaire chinois du "bus" de la brigade d’assistance aux personnes sans-abri (BAPSA). Il est âgé d'une soixantaine d'années. Notre bus prend tous les jours en charge 145 sans-abris à la porte de la Villette (Paris 19ème) à 15h et 18h pour les conduire au CHAPSA (centre d'hébergement et d'assistance aux personnes sans-abri) de Nanterre.

Véhicule de la BAPSA

C'est un type adorable, qui parle très peu français, mais avec qui nous communiquons, grâce aux gestes et à grand renfort de sourires et de mimiques. En arrivant à la BAPSA, j'ai pu découvrir son histoire grâce au chinois mandarin que j'ai appris à la fac et à Taïwan. Quelle a été sa surprise en découvrant que je parlais sa langue ! C'est ainsi que j'ai appris que Lin avait eu une vie avant d'errer dans les rues de Paris ; qu'il avait exercé dans la restauration, qu'il avait eu une femme, chinoise comme lui, en Espagne ; qu’il a des enfants...

"

C'est ainsi que j'ai appris que Lin avait eu une vie avant d'errer dans les rues de Paris

"

Là où il était plus confus, et mon acuité linguistique sans doute également, c'était sur les raisons qui l'avaient poussé à la rue. Toujours est-il qu'il était adoré de tous les membres de la BAPSA du fait de son sourire, de sa politesse, de son aide spontanée pour nous aider à nettoyer le bus bien que nous lui ayons dit maintes fois de ne pas le faire...

Pendant 13 ans, depuis 2004 précisément, la BAPSA a conduit Lin au CHAPSA, jusqu'à cette après-midi de juin 2017 où nous avons soudainement vu débouler les filles de Lin dans ce même centre pour ramener leur père "à la maison", sans doute en Espagne. Nous n'avions jamais vu Lin aussi apprêté, propre comme un sou neuf, tiré à quatre épingles. Il semblait très ému.

"

Quel sentiment de satisfaction...de voir enfin un de nos pensionnaires renouer avec sa famille

"

Ses filles nous ont remercié de l'avoir aidé autant de temps. Cela s'est passé comme ça, presque brutalement, sans crier gare et sans qu'il demande son reste. Mais quel soulagement, quel sentiment de satisfaction professionnelle et humaine de voir enfin un de nos pensionnaires renouer avec sa famille et avec une vie plus optimiste et rangée. Voilà un exemple de réussite, parmi d'autres, du travail de la BAPSA...


0 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 0 commentaire(s) commenter

Déposer votre commentaire

  • happy
  • sad
  • wink
  • mad
  • ohnoes
  • oha
  • suspicious
  • happy

Les contributeurs actifs

Le blogueur


Préfecture de Police de Paris ChristopheM [3 billets]
Gardien de la paix à la brigade d'assistance aux personnes sans-abri

Par le même auteur


"C'est l'histoire d'un policier devenu altruiste (suite)…"

13 septembre 2017

Il est parfois difficile de connaître l'impact réel de notre action quotidienne à la brigade d’assistance aux...


"C'est l'histoire d'un policier devenu altruiste..."

20 juin 2017

Je m'appelle Christophe et je suis gardien de la paix depuis un peu plus de neuf ans à Paris (213ème promotion et...