Un métier, une carrière, un avenir

TOC, TOC, POLICE

13 novembre 2014
3 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Bélier-article3-cedric

Il y a quelques années, j’exerçais mes modestes talents en bac dans le centre de notre belle capitale. Comme il est régulièrement de coutume, nous devions un matin à l’heure du laitier, aller interpeller un individu à son domicile.

En l’espèce, il s’agissait d’un homme d’un certain âge, qui devait être jugé par une cour d’assise pour atteinte sexuelle sur mineur de moins de quinze ans. Il ne s’était pas constitué prisonnier la veille, comme la loi l’exige. Aussi nous devions aller le chercher le matin à 6h.

Rendez-vous pris au Commissariat à 5h30 avec 2 collègues de l’unité, le temps de s’équiper, à 6h pétante nous sommes devant la porte d’une chambre de bonne au 6éme étage d’un immeuble parisien.

Je frappe…. Rien ne se passe… pas un bruit à travers la porte…

Je frappe à nouveau plus fort, et j’annonce notre qualité à haute et intelligible voix. On entend que ça remue à l’intérieur. Tous les trois nous nous regardons, nous écoutons et essayons de comprendre ce qu’il se passe à l’intérieur. Un bruit sec qui claque, suivit de bruit de verre brisé…. On comprend que l’individu a ouvert la fenêtre et va se sauver par les toits. Il se passe une ou deux secondes, puis un dernier bruit important, comme du bois qui craque.

Je donne l’ordre de procéder à l’effraction de la porte, on se relaie pour donner des coups de bélier dans la porte. Au cinquième coups, elle tombe. On investit le studio, le lit est défait, la fenêtre grande ouverte. Je me penche prudemment, je constate que les toits sont trop pentus pour permettre une fuite. Je regarde en bas, il fait trop sombre je ne vois pas le sol de la cour intérieure. Je comprends que la seule explication possible, est que l’individu a chuté en voulant s’enfuir par les toits. Nous sommes au 6éme étage.

Nous redescendons les étages à la vitesse de la lumière. Dans la cour intérieure, je découvre un abri de poubelle en miette, je parviens à entendre un couinement qui provient de derrière cet amas. Dans ma tête, je me prépare, je sais à quelle vision d’horreur je vais être exposé. Une chute de 6 étages fait beaucoup de dégâts sur le corps humain.

Je tire une poubelle qui est encore debout pour trouver l’individu, et là …rien, juste du bois par terre. Je continue à entendre le couinement, mais je ne vois rien, pourtant l’individu ne peut pas être ailleurs. J’ai toujours la main sur la poubelle, je me tourne vers mon collègue derrière moi. Je lui dit : « mais il est où ? ».

Mon collègue, qui normalement est très bronzé de peau, a le visage livide. Il n’arrive pas à parler, péniblement il me désigne la poubelle sur laquelle j’ai toujours la main, avec son doigt. Je comprends que le couinement provient de la poubelle, je regarde et mets au moins deux secondes pour comprendre que ce que je vois qui dépasse de la poubelle est en réalité deux pieds. Je fais appel aux pompiers immédiatement.

Notre individu a fait une chute de 6 étages, pour tomber directement dans une poubelle. Il n’a que des blessures assez légères au vu de la hauteur. Après quelques semaines d’hospitalisation, il a été jugé en cour d’assise. Au final, nous avons rempli notre mission. Si les blessures que l’individu s’est infligé en tentant de fuir sont tristes, il est fondamental qu’il ait pu être interpellé et jugé.

A ce jour, je crois que c’est l’intervention la plus dingue que j’ai jamais faite. Je pense que toute ma vie je me rappellerai la tête de mon collègue qui pointe la poubelle du doigt. A chaque fois que nous nous revoyons tous les trois, on en reparle systématiquement..

A Patrick et Kamel…


3 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 3 commentaire(s) commenter
Afficher tous les commentaires

Sébastien a dit :

jeudi 24 septembre 2015 21:36:15

officier ou Gardien de la Paix?

Bonjour! Merci beaucoup pour vos billets et témoignages passionnants. J'ai 32 ans, je suis en processus de reconversion, et très intéressé par votre métier. J'envisage de préparer le concours d'officier de police; cependant j'ai rencontré, au centre de formation et de recrutement, une Commandant de police qui m'as dit que les officiers, même Lieutenants, n'étaient jamais sur le terrain. Est-ce exact? Je suis passionné par les enquêtes et les rouages de la justice, mais j'ai du mal à savoir si je dois passer le concours de Gpx ou d'officier!

Très cordialement

toto a dit :

jeudi 06 août 2015 20:48:27

Je ne sais pas de quand date cette anecdote mais la constitution de prisonnier (ie la mise en état criminelle) est contraire à la présomption d'innocence (la Cour edh y veille)...

pour les reste, c'est effectivement assez dingue happy

Cédric a dit :

vendredi 07 août 2015 16:09:07

oui effectivement, elle est assez vieille. A l'époque, cette vénérable institution faisait moins de zèle..

lou a dit :

samedi 15 novembre 2014 15:41:15

Merci beaucoup pour ce billet.

ça devait être quelque chose !
Je pense que le recul est très important dans ce métier, on ne peut pas rentrer chez soi en gardant en tête ces situations, niveau moral ce serait insupportable.

Juste une question : quelles sont vos horaires en BAC N ? Et quelles sont celles en BAC jour ?

Désolé si vous y avait déjà répondu dans un de vos billets, je n'ai pas fait attention, et merci encore.

Cédric a dit :

vendredi 07 août 2015 16:13:37

Bonjour, lou,

vous pointez toute la difficulté de notre métier. On ne laisse pas ce qu'on a vécu au boulot, on doit vivre avec, d'où l’intérêt de bien analyser les choses, et surtout de rester lucide.

Les horaires des BAC départementales de jour ne sont pas uniformes, mais tournent en général autour d'un 10h-18h.

Pour les BAC nuit, entre 19h et 6h30

L'équipe du Blog a dit :

vendredi 07 août 2015 14:08:20

Horaires hebdomadaires

Bonjour lou,

Il est difficile de donner un planning horaire d'un service de Police (toute affectation confondue).
Durant ses missions, le policier peut être amené à travailler la nuit et les week-end (roulements horaires hebdomadaires).
Ces horaires sont élaborés en fonction des exigences et spécificités des services d'affectation.

L'équipe du Blog


Déposer votre commentaire

  • happy
  • sad
  • wink
  • mad
  • ohnoes
  • oha
  • suspicious
  • happy

Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Cédric Cédric [4 billets]
Capitaine de police en BAC

Par le même auteur


A nos collègues...

16 avril 2015

Cela fait un petit bout de temps que je n’ai pas écrit d’article pour le blog. L’inspiration m’a manqué en...


Nous ne sommes rien seul, mais ensemble nous sommes tout

20 octobre 2014

Un mardi comme un autre du mois de septembre…Comme à mon habitude j’arrive à mon bureau vers 18h, alors que je...


Présentation

24 septembre 2014

Quand j'y repense, je ne sais pas exactement pourquoi je suis rentré dans la police. Mais je savais que ma place...