Un métier, une carrière, un avenir

Un allié bien inattendu

16 février 2015
2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


C’était un campement de bric et broc, ensemble fouillis de maisonnettes miteuses ou de caravanes hors d’âge, dans une clairière boueuse au milieu d’une forêt domaniale, à quelques kilomètres d’un petit village du centre de la France. Le genre d’endroit qui ne figure pas sur les cartes et où il est particulièrement difficile d’y retrouver un fugitif qui s’y dissimulerait.

Nous étions sur la trace d’un quinquagénaire auteur d’un incendie criminel commis quelques mois plus tôt au préjudice d’un magnifique pavillon dont le propriétaire s’était mis en couple avec son ancienne compagne.

Des éléments de preuve irréfutable avaient orienté nos investigations sur cet individu connu pour des faits de violences et déjà condamné par le passé pour des faits similaires. Il avait pris la fuite depuis les faits. Un important de travail de recherches nous avait néanmoins orienté vers ce petit bourg rural. La brigade de gendarmerie locale nous avait confirmé que l’intéressé serait éventuellement susceptible de vivre depuis quelques semaines dans ce campement improvisé.

un-allie-bien-attendu

Un déplacement avait été rapidement organisé en province afin de procéder à l’interpellation de ce mis en cause avant qu’il ne quitte à nouveau ce point de chute provisoire.

Bien que renforcés par nos collègues de la brigade de gendarmerie, nous avions mis un peu de temps à trouver précisément ce campement avant de l’investir. A notre arrivée, il était manifeste que le bruit des moteurs de nos véhicules avaient annoncé notre arrivée et mis en alerte les occupants du site. S’il restait encore une bonne quinzaine d’individus, la rapide fouille des lieux nous avait permis de constater que notre objectif avait pu manifestement prendre la fuite. Il avait laissé des effets personnels et des documents personnels derrière lui, preuve de sa fuite précipitée.

Nous l’avions malheureusement loupé…

Nous étions tous désappointés : beaucoup de travail anéanti, des heures de trajet en voiture pour rien, et un échec manifeste… Tout ça pour rien ! Le trajet de retour promettait d’être morose tant nous étions tous déçus. Personne n’aime échouer…

La perquisition des lieux s’achevait.

Chien

Je m’étais attiré la sympathie d’un chien du campement. Sans race déterminée, malingre et sale, il était très affectueux et respirait l’intelligence. Était ce le résultat de la barre de céréales que je lui avais donné et qu’il avait englouti ? Il tournait autour de moi en jappant, voulant jouer, quémandant attention ou caresses. J’avais lancé un bâton à quelques reprises et il me l’avait ramené chaque fois, grognant de plaisir. Tout à coup, le chien avait commencé à faire plusieurs aller et retours en lisière du bois jusqu’à un épais fourré de ronces de plusieurs mètres d’épaisseur, aboyant vivement et cherchant manifestement à attirer mon attention. Au bout de quelques instants, curieux de nature et intrigué par son attitude, je décidais de le suivre pour voir ce qui pouvait bien l’exciter ainsi.

Le chien était manifestement tout émoustillé que je le suive. Arrivé au fourré devant lequel il aboyait, je me rendais compte tout à coup qu’il y avait une espèce de cache aménagée sous l’épais tapis de ronces. Et à l’intérieur se trouvait justement dissimulé un individu ! C’était l’homme que nous recherchions et qui avait pris la fuite avant que nous investissions le campement. A la fois acculé par l’épaisseur des ronces qu’il ne pouvait franchir, mais aussi complètement dégoûté de voir sa cachette ainsi découverte, il se laissait alors interpeller sans difficulté.

Je le ramenais au campement et rejoignais mes collègues, complètement hilares en voyant le corniaud qui jappait de joie en tournant autour du malfaiteur, traînant, lui, les pieds de dépit…

Il avouait que c’était son chien et qu’il avait l’habitude de jouer ainsi avec lui…

Alors que nous nous apprêtions à quitter les lieux et à remonter sur la région parisienne avec le mis en cause, plutôt beau joueur, il prenait pourtant soin de recommander à ses comparses de bien soigner son chien en attendant son retour. J’avais trouvé ça plutôt sport de sa part…

Cet allié inattendu prouve finalement qu’il faut toujours s’amuser dans son boulot… Y prendre du plaisir génère immanquablement de bons résultats… À méditer !

 photo credit: Le camp de Roms du Bois de l'étang, campus universitaire de la Cité Descartes, Marne-la-Vallée, Nov. 2013 via photopin (license) photo credit: HiperParada animalelor la CORA via photopin (license)
2 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 2 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

Abel a dit :

dimanche 22 février 2015 03:58:11

Disponibilité

Bonjour Monsieur,

Je devrais normalement tenter le concours externe de lieutenant de police cette année, si ma candidature est acceptée.

Mon idéal est de travailler en PJ, à Paris spécialement. Je suis attiré, voire envouté par tous les aspects du travail d'enqueteur, qu'il s'agisse de la surveillance, des écoutes, des filatures, bref : du travail d'enquête en général ; ou qu'il s'agisse du travail procédural.

Cependant j'ai une inquiétude, et pas des moindres : je viens seulement de lire votre article sur la disponibilité (il n'est plus possible de le commenter directement) et j'ai peur que le travail ne soit par trop envahissant... Je suis prêt, et ça ne me dérange pas de donner énormément de temps pour faire ce que j'aime, mais dans quelle mesure est-il possible de construire des projets familiaux, amicaux... En résumé de conduire une vie hors travail ?

Quoi qu'il en soit, continuez vos chroniques s'il vous plaît : toutes renforcent mon envie d'entrer dans la police, et si celle sur la disponibilité m'a fait un peu peur, ça n'est pas plus mal : autant avoir une idée de tous les aspects du métier !

Cordialement
Abel

L'équipe du Blog a dit :

vendredi 10 avril 2015 16:13:15

Disponibilité

Pour information, Louis-andré avait déjà apporté une réponse similaire.

Louis-André a dit :

Être policier est parfois comme un sacerdoce. Effectivement, on travaille beaucoup. Comme d'ailleurs de nombreuses autres professions. Mais toute l'intelligence et la lucidité consistent à savoir se ménager des plages horaires pour la famille et pour la détente. L'important est de durer. Et sans ce juste équilibre, ça ne marche pas. Donc soyez rassuré : être policier ne signifie pas ne plus avoir ne vie privée. A vous de savoir où placer le curseur entre activité professionnelles et impératifs familiaux.

Jean-S a dit :

lundi 16 février 2015 23:52:32

Stage professionnelle

Je sais que ça n'a rien avoir avec le sujet du text mais je voulais savoir si il était posible de faire un stage professionnelle dans la police.
Si oui comment est-ce possible
Merci

L'équipe du Blog a dit :

vendredi 10 avril 2015 16:29:07

Stage

Bonjour,
Aucun stage n'est possible au sein d'un service opérationnel. Vous pouvez néanmoins effectuer un stage dans la police nationale pour découvrir les différents métiers dans une structure de formation de la police nationale, si vous en avez une à proximité de votre domicile. Si tel est le cas, vous adressez un courrier expliquant votre souhait au directeur de cet établissement.

L'équipe du Blog.

Anne-Emmanuelle a dit :

mardi 10 novembre 2015 12:07:26

Re: Stages

Bonjour, merci pour cette information des plus importantes. Je voulais tout de même vous demander quelles sont les démarches complémentaires que nous devons effectuer (auprès de notre établissement; auprès du service de formation...)
Merci d'avance pour votre réponse et bonne journée.


Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Louis-André Louis-André [13 billets]
Commandant de police, chef de groupe PJ

Par le même auteur


"Voilà, c'est fini..."

18 mai 2015

J'ai aimé passionnément mes années en Police Judiciaire. C'était une vie d'aventure et de dynamisme. J'ai connu...


Saisir l’ouverture au vol...

29 avril 2015

Les kilomètres s’enchaînaient rapidement. Nous avions débuté la filature dans une cité de Seine-Saint-Denis en...


L’école de la patience

10 avril 2015

Ça fait près de 6 heures que tu es installé au volant de ta voiture de service. Le soleil cogne à travers le...


Toujours chercher à apprendre...

11 mars 2015

La police judiciaire, c’est se remettre sans cesse en question et chercher à apprendre, à progresser, à...


Flagrant délit dominical

2 février 2015

C’était une zone artisanale comme il y en a des centaines en région parisienne. Un vaste entrepôt de cuisiniste,...