Sécurité routière : quand l'inattention tue

27 décembre 2010
41 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


a14

Septembre : La rentrée et les bilans des accidents de la route des mois de juillet et août...

Il y a quelques temps la sécurité routière faisait diffuser des spots mettant en scène des accidents de la circulation...

Lorsque j'étais affecté en Police Secours à Cergy-Pontoise, je suis intervenu pour de nombreux accidents de la circulation, la plupart du temps matériels, quelques fois corporels, et plus rarement... mortels.

Un jour de mai 2001... Je suis de patrouille avec deux autres collègues. Ma première vacation du matin est sur le point de s'achever. Il fait beau. Avec mes collègues, nous discutons de tout et de rien, de ce que nous allons faire de notre après-midi...

12h15 : Nous recevons un appel radio pour un accident de la circulation dans l'agglomération de Cergy. Notre collègue nous informe immédiatement qu'il s'agit d'un accident mortel mettant en cause un poids lourd (P.L.) et un véhicule léger (V.L.). Nous arrivons sur place quelques minutes plus tard. Sur les lieux, les pompiers sont déjà présents. Je m'approche avec mes collègues de deux poids lourds accidentés, l'un derrière l'autre. Aucune trace du V.L. Nous nous approchons encore, et là, nous voyons un amas de tôles coincé entre les deux. Le choc fut d'une telle violence qu'il est impossible de déterminer la marque du véhicule. La distance entre les deux poids n'est que de quelques dizaines de centimètres. Aucun corps n'est visible. Les pompiers reculent l'un des poids lourds et " déplient " le V.L. Une chevelure alors apparaît, puis deux, puis trois. Les pompiers sortent les trois corps et les déposent sur le sol. Ce ne sont plus que des pantins désarticulés, broyés. Nous extirpons de l'amas de tôles quelques affaires, un sac à main. Avec les pièces d'identité, nous constatons qu'il s'agit de trois femmes âgées de 39, 19 et 14 ans... Une mère de famille et ses deux enfants... Les visages de ces trois personnes, sont méconnaissables. Le visage de la plus jeune n'est plus qu'un amas sanguinolent de chair et d'os broyés. Les visages de sa mère et de sa soeur sont dans un état similaire. Nous ne parvenons à les identifier que par leur morphologie et leur taille. Cela me retourne les tripes...

Des cadavres, j'avais été amené à en voir de nombreux à l'occasion de mise en bière, suicides... J'étais toujours parvenu à me détacher, à dresser des " boucliers ", mais pas ce jour là... Non, ce jour là, devant moi, ces trois corps, c'était une vision insoutenable. Là, j'ai vraiment eu envie de hurler... Trois vies fauchées, une famille détruite...

Commence alors notre long travail de constatations, sous la direction de l'officier de quart arrivé sur les lieux. Je me dirige vers le véhicule des pompiers où se trouve le chauffeur de poids lourd responsable de l'accident. Je relève son identité juste avant son transport à l'hôpital. Lui a eu plus de " chance ", il n'est que légèrement blessé.

16h : Nous quittons les lieux après avoir pris les auditions des témoins, achevé nos constatations et établi le plan de l'accident.

L'un des témoignages nous révèle les circonstances du drame. Le véhicule des victimes, une supercinq, était le dernier d'une file à l'arrêt et derrière un poids lourd. Arrive alors un autre poids lourd (20 tonnes) qui percute la supercinq qui s'encastre alors sous les deux P.L. Le disque du poids lourd montre qu'au moment de l'impact, sa vitesse était de plus de 70 km/h. Sur la route, aucune trace de freinage.

L'un des témoins entendus sur place avait déclaré qu'au moment de l'impact, il avait vu sur le visage de la conductrice (19 ans) l'expression de la surprise en apercevant dans son rétroviseur le poids lourd arriver à grande vitesse... Juste avant l'impact fatal...

De retour au commissariat, mes collègues et moi rédigeons la procédure accident. Le Commissaire Central me fait appeler dans son bureau. Dans celui-ci se trouve le propriétaire de la supercinq. Un homme qui ne sait encore rien du drame.

Nous commençons par lui poser quelques questions :
- Monsieur, êtes-vous le propriétaire d'une Renault supercinq immatriculée...
- Oui.
- Pouvez-vous nous dire qui conduisait votre véhicule aujourd'hui vers midi ?
- Ma femme et ma fille ainée. Ma fille n'a pas son permis depuis très longtemps. Elles allaient chercher ma plus jeune fille à l'école.

Le visage de l'homme se crispe, il commence à comprendre que quelque chose de grave est arrivé mais sans vouloir envisager le pire :
- Mais qu'est-ce qu'il se passe, elles ont eu un accident ? Elles sont à l'hôpital ? Elle sont blessées ? Elles vont bien ?

Nous lui répondons après un bref silence avec ces mots pire qu'une sentence :
- Monsieur, ce midi, votre épouse et vos enfants ont eu un grave accident... Elles sont malheureusement décédées...

L'homme fait un malaise... Après avoir retrouvé ses esprits, il nous demande alors :
- Qu'est-ce que je vais faire maintenant ?... Nous étions heureux, nous avions une maison, tout.

Un membre de sa famille vient le chercher, son frère. Nous lui demandons de ne pas le laisser seul. Je retourne à ma procédure. Nous avons encore tant à faire.

20h : Mes collègues et moi, après des heures à taper sur le clavier de l'ordi, nous ressentons de plus en plus fort la fatigue et la faim. Le Commissaire central nous autorise à rentrer chez nous : - Vous reprendrez demain matin. Le Parquet veut que la procédure soit bouclée demain.

Je rentre chez moi. Après une courte nuit de sommeil avec les images de l'accident revenant en boucle, je prends mon service peu avant 05h...

Durant la matinée, le chauffard, placé en garde à vue, déclarait tout d'abord que juste avant de percuter la file de voitures, il n'avait pas pu freiner, les freins ayant lâché. L'expertise de son camion démontre que les freins étaient en parfait état de marche... En fait, il avoua un peu plus qu'il n'avait pas vu les voitures arrêtées parce qu'il ne regardait pas sa route à ce moment là...

13h : La procédure " accident " s'achève.

Plusieurs mois plus tard, le chauffard est condamné : Deux ans de prison... L'info passe à la télé... Et les dernières images du reportage à la sortie du tribunal... Un veuf et père de famille qui crie sa colère...


41 commentaire(s) Recommander à un ami
Noter cet article :

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Réactions à ce billet : 41 commentaire(s)
Afficher tous les commentaires

doriane a dit :

lundi 29 août 2011 14:31:38

Triste article...j'ai déposé un dossier d'ads, j'ai niveau BAC+3 mais je préfère passer ADS plutôt que Gardien de la paix car j'ai 3 ans pour me préparer au concour et vraiment connaitre le métier...cet article me donne un aperçu de ce que je vais voir heureusement mais en même temps malheureusement...comment arriver à surmonter ce genre de situation dans les débuts d'une carrière ? les collégues sont-ils présent en cas de difficultés émotionnelles ? C'est LA question que je me pose, je ne suis pas très sensible mais on est tous humain...j'attends une réponse dans la région nord-pas-de-calais pour ADS...j'espère être reçue avant la fin de l'année sachant qu'il y a du recrutement pour septembre/octobre. Bonne continuation §

b@pt du -31 a dit :

samedi 19 février 2011 12:22:21

lol

b@pt du -31 a dit :

samedi 19 février 2011 12:17:14

Je trouve que c' est un super métier que vous faites et pour plus tard j' e^pere faire le meme que vous pour faire régner l'ordre dans la sociétée

Steev 19 a dit :

jeudi 17 février 2011 19:26:25

A d'accord, ouais pas de soucis je te tiendrais au courant des évolutions.
Bon courage pour tes études!!

Maxence a dit :

mardi 15 février 2011 18:43:41

Pour Steev18:

salut Steev19 non je ne passe pas le concours de Gardien de la paix. Car je suis en première année de CAP installateur sanitaire en apprentissage, mais mon rêve est de devenir GPX donc j'ai deux solutions, soit je passe par les cadets de la république ou je continue ma formation vers un Baccalauréat professionnel génie climatique et après je passe le concours de GPX. Mais je suis calé sur les métiers et l'institution de la police nationale.
En tout cas si tu veux ont peut resté en contact.
Je te souhaite bonne chance pour ton concours de GPX.
Je l'espère un futur Gardien de la paixblunk.

Steev 19 a dit :

mardi 15 février 2011 17:21:32

Salut Maxence. Effectivement j'ai le BAC et bientôt (dans 2 mois) le BTS, donc il vaut mieux tenter le concours de GPX même si je ne suis pas très confiant pour être honnête, même si je met toutes les chances de mon cotés en le travaillant, je ne suis pas rassuré car je sais que un concours il ne suffit pas d'avoir 10/20 pour être reçu.... J'ai cru comprendre que toi aussi tu le prépare, je te souhaite bon courage et n'hésite pas à me faire part des tes impressions et de ton ressenti.

Maxence a dit :

lundi 14 février 2011 22:54:23

Pour Antho et steev19:
Voilà un bon raisonnement steev19 et Antho sachant que vous avez le baccalauréat et peut-être même plus, il vaut mieux passé le concours de GPX par la voix externe, car le concours GPX par la voie interne (ADS) et plus réservé au non titulaire du baccalauréat.
Surtout je vous souhaite à tous les deux bonne chance pour le concours de GPX.
Je l'espère un futur GPX.blunk

Steev19 a dit :

jeudi 10 février 2011 11:22:37

Moi j'ai choisi le concours national. Oui cela ne m'étonne pas que le SGAP ne t'es pas répondu. Il faut le passer et puis attendre, on verra bien....

Antho a dit :

mercredi 09 février 2011 11:43:51

Je suis d'accord avec toi, Steev 19. Je reviens juste du SGAP. Malheureusement, eux aussi ne connaissent pas le nombre de places offertes selon la zone d'affectation. En tout cas, il vaut mieux tenter ADS après GPX, vu les délais d'incorporation respectifs. Et toi, tu a choisi quel concours, national ou Ile de France ? Merci pour avoir pris la peine de me répondre, et bien sûr, bon courage à toi aussi !

Steev 19 a dit :

mardi 08 février 2011 17:57:55

Oui tu peux toujours tenter les deux concours. Sachant que si tu rentre ADS tu pourra ensuite passer le concours de GPX par la voie interne (ce qui semble plus facile pour beaucoup). Perso moi je vais passer directement celui de GPX après tout j'ai un BAC donc autant tenter direct.

Antho a dit :

mardi 08 février 2011 17:42:19

Avant de m'inscrire au concours GPX, j'attends de voir si le site du ministère de l'intérieur va enfin communiquer le nombre de postes offerts selon l'affectation nationale ou régionale.Pour l'instant le tableau reste désespèrement vide. Je préfererais le concours à affectation nationale (donnant une possibilité de ne pas passer par Paris pendant au moins 8 ans), mais je ne suis pas naîf et je sais que le nombre de places est infime. Et comme je ne connais pas le niveau moyen des candidats qui passeront le concours GPX, et que je souhaite à tout prix être admis cette année, je pense que j'ai plutôt intérêt à faire l'affectation régionale Ile de France.
Qu'est-ce que vous en pensez, est-ce que mon raisonnement est correct ? Merci d'avance pour la(les) réponse(s).

Antho a dit :

mardi 08 février 2011 16:05:49

Merci beaucoup pour ta réponse Steev 19. J'ai une autre question. Est-ce qu'on peut passer le concours GPX ainsi que le concours ADS pour avoir plus de chance de rentrer, bien que je sache que c'est deux métiers différents. Merci d'avance pour la réponse.

Steev 19 a dit :

lundi 07 février 2011 15:47:47

Salut Antho, pour te répondre si tu est admis au concours de GPX et que tu refuse d'y rentrer, il te faudra le repasser. Après est ce que ton refus sera défavorable en ta faveur pour le prochain concours que tu referas je ne sais pas. Mais ils t'auront surement dans leurs fichiers avec les renseignements te concernant... alors méfie toi quand même... ils sont au courant de tous sur leurs candidats
bon courage!

Antho a dit :

lundi 07 février 2011 13:04:07

Et j'ai oublié de vous dire le plus important: merci beaucoup à vous Christophe et à toutes les personnes qui s'occupent de ce site, c'est grâce à vous si je ne souhaite plus qu'une chose maintenant: vous rejoindre.

Antho a dit :

lundi 07 février 2011 12:56:54

Bonjour,
Actuellement en première année à l'université, j'ignore si je passerais en 2ème année. Comme j'ai depuis longtemps la vocation de policier, j'ai choisi une fac de droit, ds le but de tenter le concours d'Officier. Mais, maintenant, je veux tenter le concours de GPX (tout en gardant en tête la possibilité de devenir Officier par la voie interne). Voici ma question: pensez-vous qu'il est possible, si je passe en 2ème année à la fac, de me retirer du concours même si j'ai été admis?
Je dis cela parce que je suis tirailler entre les 2 choix. Et surtout, je ne souhaite pas être rayé du Service des concours de la police lors d'une deuxième tentative. Merci d'avance pour votre réponse personnelle.

Maxence a dit :

dimanche 06 février 2011 16:14:26

Bonjour Christophe,
Très belle article avec un témoignage très poignant.
Quand vous dite que le baccalauréat est obligatoire pour le concours de Gardien de la paix ce n'est pas vraiment exacte. Car il faut avoir le baccalauréat avoir ou justifier d'au mois 3 ans d'activité professionnelle ( terme exacte: " justifier d'au moins 3 ans d'activité dans la même catégorie socioprofessionnelle que celle de l'emploi postulé, 2 ans pour les titulaires du diplôme nationale de brevet, d'un CAP ou d'un BEP) c'est écrit sur le site du ministère de l'intérieur, brochure comment devenir gardien de la paix de la police nationale. C'est vrai que la plus part des gens ne le sais pas.
À bientôt Christophe au plaisir de lire vos prochains articles.

Steev 19 a dit :

vendredi 04 février 2011 20:29:03

Bonsoir,
est ce que quelqu'un à déjà pas très bien réussi ces tests psychotechnique et à quand même réussi son oral ?

Christophe a dit :

vendredi 04 février 2011 09:13:38

Bonjour Kevin,

il existe des ouvrages consacrés à la préparation du concours de Gardien de la Paix. Des organismes privés y préparent également.

Christophe a dit :

vendredi 04 février 2011 09:08:54

Bonjour Dylan,
Pour vous présenter au concours de Gardien de la Paix, vous devez être agé entre 17 et 35 ans et être titulaire du baccalauréat.

Steev 19 a dit :

lundi 31 janvier 2011 14:19:43

Merci Mel, cela me rassure un peu car beaucoup de gen me prenait la tête avec sa en me disant que sa allé être difficile. Ah tu passes le concours aussi c'est cool, moi j'ai fini de réviser les bouquins que j'ai commander au moment de l'inscription, je n'est donc plus qu'à les reréviser. bonne chance à toi dans ta préparation et puis qui sait on ce retrouvera peut être aux examens.

Mel a dit :

lundi 31 janvier 2011 12:30:09

Merci pour ce témoignage (peu joyeux, j'en conviens) qui donne un aperçu du métier. Au plaisir de te lire à nouveau.

@ Steev : Tout comme toi, j'ai l'intention de passer le concours en avril prochain et me renseigne depuis un bon moment sur tout ce qui peut toucher de près ou de loin à la PN.
Tu dois sûrement savoir que l'âge requis est 18 ans, et que le jury ne te reprochera donc pas d'avoir ''seulement'' 19 ans. L'oral sert à trier les candidats qui onAt passé les tests écrits avec succès en jugeant si la personnalité correspond au métier ; l'issue de l'entretien dépendra de ta capacité à montrer tes motivations et de ta faculté à répondre aux différentes questions. Il ne faut pas y aller stressé, détends-toi !

@ Kevin : Après le bac (diplôme impératif pour passer le concours), il est possible de passer par une sorte de prépa (cours généraux, entrainement sportif) qui se déroule dans une école privée. Il y en a une du côté de Lyon par exemple. Mais qui dit prépa, dit année payante.

Steev 19 a dit :

lundi 31 janvier 2011 09:36:33

Bonjour à tous, je me suis inscrit pour le concours de GPX qui à lieu le 5 avril 2011. Une question me chagrine un peu, c'est la question de l'âge... Effectivement j'ai 19 ans et ma motivation pour ce métier est d'autant plus grande, je rêve de faire ce métier, je me renseigne tous les jours sur ce blog, je rencontre d'autres gens qui exerce déjà ce métier, je suis sans cesse devant les reportages TV, mais j'ai peur que mon age me soit reprocher pendant l'oral. Est ce vraiment un problème même si je prouve que je suis assez mature à faire ce métier?
Si vous pouviez me faire partager votre expérience, et si vous aviez le même age que moi lors de votre entretien
merci

Kevin a dit :

vendredi 21 janvier 2011 22:38:32

Bonjour Christophe,

Témoignage très poignant.

J'avais une question, existe-t-il des préparations au concours de Gardien de la paix avant de passer le concours ?

Merci d'avance.

dylan a dit :

mercredi 19 janvier 2011 20:50:04

bonjours je voudrez rentrer comme gardien de la paix mais je sais pas quels diplôme il faut pour pouvoir i rentrer et a quel age on peut i rentrer

Christophe a dit :

lundi 17 janvier 2011 18:04:53

Bonjour Marine,

Fort heureusement, nous ne sommes pas tous les jours confrontés à de tels drames. Voir la mort dans de telles conditions est éprouvant. Mais cela l'est bien plus pour la famille des victimes.
Il est difficile de savoir quel sera notre comportement face à ce genre d'évènements tant que l'on ne l'a pas vécu. L'expérience peut aider à affronter des situations difficiles.

Christophe a dit :

lundi 17 janvier 2011 17:52:43

Bonjour Yannick,

La formation en école de Police ne prépare à affronter la mort. C'est avec l'expérience que l'on apprend à mieux gérer ce genre de situation mais certaines interventions sont plus difficiles à appréhender que d'autres.
Concernant l'auteur de l'accident, lorsque je suis monté dans le véhicule des pompiers pour relever son identité, j'ai éprouvé beaucoup de colère à son encontre. Il m'a été alors difficile de rester calme. Cependant, il nous appartient même dans ces moments là de conserver son sang froid et d'agir avec professionnalisme. C'est si simple à dire et pourtant devant lui, je suis resté impassible mais intérieurement, je hurlais ma colère...
Bien que professionnels, nous sommes avant tout humains...

Christophe a dit :

lundi 17 janvier 2011 16:57:25

Bonjour Charlotte

Suite à cet accident , je n'ai pas eu de nouvelles de ce père de famille. Je pense qu'il est très difficile de se remettre d'un tel drame. J'espère qu'il a pu surmonter la perte de son épouse et de ses enfants.
merci pour votre soutien.

Christophe a dit :

lundi 17 janvier 2011 16:47:41

Bonjour Charles 13

Certaines interventions comme celle que j'ai décrite sont assez éprouvantes mais sont heureusement assez rares. Je pense à mes collègues C.R.S. "autoroutiers" qui sont hélas confrontés plus souvent à ce genre de situation.

Marine a dit :

jeudi 13 janvier 2011 09:51:01

Bonjour Christophe,

Quelle histoire touchante. Voulant moi même entrer dans la police nationale, j'ai peur de ne pas savoir quoi faire face à cette situation qui arrivera obligatoirement. Le courage est une chose très importante, mais voir la mort, surtout d'une telle manière doit être vraiment éprouvant. Vous faites un métier hors du commun et je ne cesserai jamais de vous admirer. Bon courage pour la suite.

Christophe a dit :

lundi 10 janvier 2011 13:03:43

Bonjour Reynald,

Certaines interventions comme celle que j'ai décrite sont éprouvantes psychologiquement. Il est parfois nécessaire de suivre un débriefing. Pour ma part, après cet accident, j'ai pu "évacuer" les images. La routine a repris le dessus mais je n'oublierai jamais.

Christophe a dit :

lundi 10 janvier 2011 12:22:45

Bonjour Kainou 96.
Pour les concours de la Police Nationale, il est très important d'acquérir une bonne culture générale et d'entretenir une bonne condition physique.

Christophe a dit :

lundi 10 janvier 2011 12:18:59

Bonjour Vincent

En Police Secours, il m'est arrivé parfois au cours de mes interventions d'être confronté à la mort (décès naturels, suicides, accidents). Cela ne laisse jamais insensible.

Christophe a dit :

lundi 10 janvier 2011 12:13:45

Bonne et heureuse année 2011 à tous

A Dimshotbjjspirit : Cet accident m'a effectivement marqué et je pense encore à ce père de famille et veuf dont la vie a été détruite.

kainou96 a dit :

dimanche 02 janvier 2011 01:10:43

tu a raison charles 13

YANNICK a dit :

samedi 01 janvier 2011 14:40:35

Pour Christophe
Bonjour Christophe et tous mes voeux pour 2011
Que dire devant un tel drame ?Nous policiers sommes pris dans ces moments là entre nos actions professionnelles et nos réactions humaines. Il est trés difficile dans ces secondes de ne pas juger, de ne pas se faire une idée sur le ou les fautifs.Malheureusement on apprend pas en école de police a gérer de telles situations. Le peut on d'ailleurs ? Je ne le crois pas. On apprend au fur et à mesure des aléas de l'école de la vie ou de la ..mort.

Charlotte a dit :

vendredi 31 décembre 2010 14:09:58

Quelle terrible tragédie pour la famille! Franchement de dire " je ne regardais pas la route à ce moment là " juste après avoir menti, je trouve ça qu'une lâcheté sans équivoque! Les gens n'ont décidément pas conscience du danger de la route, et le fait qu'il faut être prudent! J'espère que ce père de famille à remonter la pente même si ce n'est pas chose simple. Avec tout mon soutient et bravo pour l'article. Charlotte blunk

kainou96, je ne suis pas policière mais j'aimerais beaucoup le devenir aussi et je me permet de te répondre. Avant tout, il faut être bon à peu près dans toutes les matières, aussi en sport. Si tu es en 3ème je te conseille de te renseigner auprès de ton commissariat, pour savoir si tu peux faire ton stage de découverte professionnelle là bas. Après pour ton orientation, après la troisième, tu peux passer un BAC pro sécurité-prévention. Voilà donc un conseil renseigne-toi bien. Salut blunk

Charles13 a dit :

jeudi 30 décembre 2010 09:39:37

Bonjour Christophe,
bien que triste ton article est super et montre une facette du métier qui est dur, merci pour cet article et bonne chance pour les prochains.

Rénald a dit :

mardi 28 décembre 2010 16:39:59

Bonjour Christophe.

Je suis resté éteins quelques secondes à la lecture de ce récit.

cette vision pour cette réponse! "je ne regardais pas la route"... On pense bien sur à ce monsieur, mari et père de famille qui ce retrouve en quelques instants veuf et sans enfant et on imagine difficilement la douleur qu'il peut ressentir mais je pense aussi à toi et tes collègues et au fait d'avoir à supporter cette vision et devoir par la suite annoncer cette nouvelle...

Je souhaite vivement rejoindre vos services en espérant n'avoir jamais à rencontrer ce genre d'histoire tragique même si malheureusement il me parait difficile d'y échapper.

Merci à vous de faire ce travail et cette histoire prouve si il en est encore besoin que ce travail et tout aussi difficile sur le plan psychologique que sur la dangerosité qui l'accompagne.

A bientôt ici ou sur le terrain pour une ou des histoires plus heureuses.

kainou96 a dit :

mardi 28 décembre 2010 13:24:12

bjr, j'aimerai savoir dans quelles matières il vaut mieux etre fort au college pour esperer devenir policiere svp? merci

Vincent a dit :

mardi 28 décembre 2010 09:35:17

J'ai lu cet article hier dans l'après-midi, et je n'arrive toujours pas à me l'ôter de l'esprit. C'est un témoignage très poignant que vous nous livrez ici. Je dois avouer que retrouver des enfants/adolescents morts est sans aucun doute ce que j'appréhende le plus dans ce métier.
Merci d'avoir partagé ça avec nous.

Cordialement.
Vincent.

dimshotbjjspirit a dit :

lundi 27 décembre 2010 20:49:19

Bonsoir,
Triste histoire pour le papa mari et homme ...
Respect a toi et tes collègues car ça doit marquer veritablement


Les contributeurs inactifs

Le blogueur


Christophe Christophe [4 billets]
Brigadier chef de police en brigade mobile de recherche (BMR)

Par le même auteur


Du travail illégal à l'anti-fraude

1 février 2012

En préambule, je présente à tous mes meilleurs voeux pour 2012.2 janvier 2012... Cela fait six ans que je...


On prend les mêmes et on recommence

27 janvier 2010

2010... nouvelle année. Je reprends mes dossiers après quelques jours de congés. Les années passent et se...


La Police, un métier ? Non, des métiers...

18 décembre 2009

Comme mes collègues blogueurs avant moi, je me lance dans la rédaction de mon premier article.Je m'appelle...