Missions et rémunérations

missions et rémunérations
6 juin 2017

Fonctionnaire de la Police nationale, l’ingénieur de police technique et scientifique concourt à la mission de police judiciaire de son service d’affectation...


La dimension administrative du poste d'ingénieur de police technique et scientifique est inhérente à un rôle de coordination.

Il peut avoir la responsabilité de chef ou adjoint au chef de section (biologie, physique, chimie, etc...).
L'ingénieur s'occupe de la répartition des travaux d'analyse et d'expertise au sein de sa section. Ces demandes émanent :
 - des services de police,
 - des services de gendarmerie,
 - des magistrats,
Il valide les conclusions des rapports d'expertise.
Il participe à la veille technologique de la section et à la mise au point des nouvelles technologies.

Fonctionnaire de la Police nationale, l’ingénieur de police technique et scientifique concourt à la mission de police judiciaire de son service d’affectation.

Eu égard à la nature de son recrutement, l’ingénieur a pour vocation principale d’exercer ses futures fonctions au sein des services centraux de la sous-direction de la police technique et scientifique et des différentes entités de l’institut national de police scientifique.

Dans des domaines diversifiés, il a pour mission d’effectuer toutes constatations, examens et analyses qui leur sont demandés par les magistrats, les services de police ou de gendarmerie et toutes autres autorités qualifiées.

Il participe également à des actions de formation ou de recherche en criminalistique.

En outre, il assure l’encadrement des personnels placés sous son autorité et peut se voir confier la responsabilité de la direction ou de l’encadrement de services ou d’unités de police technique ou scientifique, en fonction de ses compétences.

Participant à la mission de police judiciaire, il reçoit son affectation en fonction de sa spécialité et des besoins de l’administration.

La police technique et scientifique

La création, en 1985, de la sous-direction de la police technique et scientifique, au sein de la direction centrale de la police judiciaire, répondait à la nécessité de regrouper au sein d’une entité bien définie les différents services apportant leur aide à l’exécution des missions de police.

La sous-direction de la police technique et scientifique participe activement à la recherche d’identification des auteurs d’infractions de toutes natures. Elle apporte ainsi une aide à l’enquête dans les domaines d’action tels que les recherches criminelles, les missions d’identité judiciaire, les travaux d’analyses réalisés dans les laboratoires de police scientifique, la mise en œuvre d’outils informatiques.

Elle assure, dans ses domaines spécialisés, les formations initiale et continue de l’ensemble des personnels de la Police nationale.

Elle collabore à des actions de coopération internationale dans le cadre d’Interpol et de l’Union Européenne.
Par son action, elle contribue à la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, mais aussi à la lutte contre la petite et la moyenne délinquance au quotidien.
Elle est composée de cinq services :

  • la division de la logistique opérationnelle,
  • la division des études, des liaisons et de la formation,
  • le service central d’identité judiciaire,
  • le service central de documentation criminelle
  • le service de l'informatique et des traces technologiques.

Depuis fin 2004, les cinq laboratoires de police scientifique situés à Lille, Lyon, Marseille, Paris et Toulouse ainsi que le laboratoire de toxicologie de la Préfecture de police ne sont plus sous l’autorité de la sous-direction de la police technique et scientifique mais ont été regroupés au sein d’un établissement public placé sous tutelle du ministère de l’Intérieur : l’institut national de police scientifique.

Celui-ci comprend par ailleurs le service central des laboratoires qui centralise la documentation scientifique, gère le budget et coordonne l’activité des cinq laboratoires de police scientifique et du laboratoire de toxicologie de la préfecture de police.

Les laboratoires de police scientifique comportent les sections suivantes :

  • balistique : étude des armes, munitions, trajectoires de tir ;
  • biologie : analyse de sang, sperme, cheveux, recherche d’empreintes génétiques ;
  • documents - traces papillaires : analyse de faux documents et écritures ;
  • incendies - explosions : étude des explosifs et liquides inflammables (à Paris, spécialité traitée par le laboratoire central de la préfecture de police) ;
  • physique - chimie : étude des peintures, résidus de tir, verres, terres…;
  • stupéfiants : analyse de substances chimiques (échantillons de saisie, stupéfiants,…) ;
  • toxicologie : recherche de toxiques dans les milieux biologiques (à Paris, ces deux dernières spécialités sont traitées au laboratoire de toxicologie de la préfecture de police);
  • technologies numériques : analyse des téléphones, GPS, vidéos.

Rémunérations

Statut Salaire net mensuel région parisienne au 1er février 2017
Ingénieur De 2 435 à 3 524 €
Ingénieur principal De 3 275 à 4 236 €
Ingénieur en chef De 3 881 à 5 059 €
Chef de service De 4 501 à 5 679 €
Directeur de laboratoire De 4 634 à 6 180 €