Missions et rémunérations

missions et rémunérations
28 mai 2018

Fonctionnaire de la Police nationale, l’ingénieur de police technique et scientifique concourt à la mission de police judiciaire de son service d’affectation...


La dimension administrative du poste d'ingénieur de police technique et scientifique est inhérente à un rôle de coordination.

Il peut avoir la responsabilité de chef ou adjoint au chef de section (biologie, physique, chimie, etc...).
L'ingénieur s'occupe de la répartition des travaux d'analyse et d'expertise au sein de sa section. Ces demandes émanent :
 - des services de police,
 - des services de gendarmerie,
 - des magistrats,
Il valide les conclusions des rapports d'expertise.
Il participe à la veille technologique de la section et à la mise au point des nouvelles technologies.

Fonctionnaire de la Police nationale, l’ingénieur de police technique et scientifique concourt à la mission de police judiciaire de son service d’affectation.

Eu égard à la nature de son recrutement, l’ingénieur a pour vocation principale d’exercer ses futures fonctions au sein des services centraux de la sous-direction de la police technique et scientifique et des différentes entités de l’institut national de police scientifique.

Dans des domaines diversifiés, il a pour mission d’effectuer toutes constatations, examens et analyses qui leur sont demandés par les magistrats, les services de police ou de gendarmerie et toutes autres autorités qualifiées.

Il participe également à des actions de formation ou de recherche en criminalistique.

En outre, il assure l’encadrement des personnels placés sous son autorité et peut se voir confier la responsabilité de la direction ou de l’encadrement de services ou d’unités de police technique ou scientifique, en fonction de ses compétences.

Participant à la mission de police judiciaire, il reçoit son affectation en fonction de sa spécialité et des besoins de l’administration.

La police technique et scientifique

La police technique et scientifique (PTS) procède à des analyses dans des domaines aussi variés que la balistique, la physico-chimie, la biologie, les incendies et explosifs, la toxicologie, les produits stupéfiants et concourt ainsi à l'établissement de la preuve dans le cadre des enquêtes de police. La police technique et scientifique gère en outre les fichiers nationaux de police : empreintes digitales, génétiques, etc.

La PTS a connu au cours de ces dernières années un essor considérable, devenant un acteur très important dans la conduite des investigations judiciaires. Pour faire face à ces évolutions, un Service central de la police technique et scientifique (SCPTS) a donc été créé pour unir et superviser la communauté PTS.

Le Service central de police technique et scientifique

Par décret du 5 avril 2017, la Police nationale s’est donc vue renforcée par la création du SCPTS qui pilote et valorise l'activité de police technique et scientifique, avec une optimisation organisée et cohérente. Rattaché au directeur général de la police nationale, le SCPTS est composé d'entités opérationnelles et assure la tutelle métier de l'Institut national de police scientifique.

Les missions du SCPTS

  • Définit la stratégie et la doctrine de police technique et scientifique, de la scène d’infraction au rendu d’analyses et à l’exploitation éventuelle de fichiers criminalistiques ;
  • en contrôle la mise en œuvre ;
  • participe directement à sa déclinaison opérationnelle ;
  • s’assure de la professionnalisation de l’ensemble des agents ;
  • représente l’institution à l’international en matière de PTS et réalise des actions de coopération ;
  • exerce une tutelle fonctionnelle sur l’institut national de la police scientifique (INPS).

Quelques chiffres...

En 2017 :

  • 1 intervention de police technique et scientifique chaque minute ;
  • 3 600 agents PTS à temps plein ;
  • 10 000 policiers polyvalents.

L'Institut national de police scientifique

Créé en 2001, l’Institut national de police scientifique est un établissement public administratif, expert en tant que personne morale agréé par la Cour de cassation. Il est composé d'environ 750 agents à majorité scientifiques.

Ses missions

  • Effectue les examens et analyses scientifiques et techniques demandées par les autorités judiciaires et les enquêteurs dans un cadre pénal ;
  • supervise 5 laboratoires de police scientifique (Lille, Lyon, Marseille, Paris et Toulouse) et 1 service central localisé à Lyon ;
  • les spécialités de l'INPS sont les suivantes :
    • les traces papillaires : révélation et exploitation des traces papillaires ;
    • la biologie/génétique : analyse de sang, sperme, cheveux, recherche d’empreintes génétiques ;
    • la toxicologie : recherche de toxiques dans les milieux biologiques ;
    • les stupéfiants : analyse de substances chimiques (échantillons de saisie, stupéfiants…) ;
    • les incendies / explosions : étude des explosifs et liquides inflammables ;
    • la physique / chimie : étude des peintures, résidus de tir, verres… ;
    • la balistique : étude des armes, munitions, trajectoires de tir... ;
    • les documents et les écritures : analyse de faux documents et des écritures...

Rémunérations

Statut Salaire net mensuel région parisienne au 1er janvier 2018
Ingénieur De 2 468 à 3 553 €
Ingénieur principal De 3 306 à 4 263 €
Ingénieur en chef De 3 911 à 5 081 €
Chef de service De 4 531 à 5 701 €
Directeur de laboratoire De 4 664 à 6 200 €